La réduction d’impôt grâce aux Sociétés Civiles de Placement Immobilier
Nov16

La réduction d’impôt grâce aux Sociétés Civiles de Placement Immobilier

Le principe de ce type de SCPI reste de près ou de loin le même que celui des SCPI de rendement, cependant, il ne s’agit pas d’obtenir une grande plus-value rapidement, mais de créer une réduction d’impôt sur le long terme, et donc de faire des économies. Ces économies s’étaleront sur une dizaine d’années, cela dépendra de la SCPI que vous choisirez. Il existe plusieurs possibilités pour se lancer dans la défiscalisation avec une SCPI. Pourquoi choisir la défiscalisation avec les SCPI ? Ce type de SCPI fait partie du droit commun et permet de réduire son assiette fiscale. Toutes les charges provenant d’une location, c’est-à-dire l’entretien du bien, la rénovation, les travaux importants, pourront être déduits de vos impôts grâce à ce type de SCPI. Cependant, attention, cette déduction est plafonnée à 10 700€. Comment fonctionne une défiscalisation avec les SCPI ? Le principe est assez simple : vous achetez un ou des biens proposés par la SCPI dans laquelle vous souhaitez souscrire. Par exemple, si vous achetez des parts d’une SCPI Pinel, qui met en location des biens, vous pourrez profiter du dispositif Pinel, comme si vous le faisiez en direct, mais en ayant l’assurance d’une gestion des biens maîtrisée par des spécialistes en patrimoine immobilier. Vous pourrez alors jouir de 12, 18 ou 21% de réduction d’impôt, en fonction de la durée de votre contrat : 6, 9 ou 12 ans. Autre exemple : les SCPI Malraux, du nom du premier ministre de la culture en 1959, possèdent le même principe, à la différence que la réduction d’impôt pourra aller jusqu’à 30%, à condition d’investir dans des biens immobiliers anciens qui se doivent d’être conservés. Il faudra aussi conserver des parts dans la SCPI pendant au moins 9 ans. Si vous êtes fortement imposé, ce type de SCPI est fait pour vous. Si vous voulez en savoir plus sur les SCPI, visitez https://www.centraledesscpi.com/...

Lire la suite
Quid du stress post-traumatique ?
Oct26

Quid du stress post-traumatique ?

Le trouble ou l’état de stress post-traumatique se manifeste à la suite d’un fait traumatisant. Cela peut être un accident, une agression, une circonstance relative à la mort… Dans la pratique, ces troubles se manifestent par des sensations de peur ou de stress intense. Les manifestations Dans le cadre d’un trouble post-traumatique, le patient a la sensation de revivre les évènements qui le perturbent. Au quotidien, cela se manifeste par des souvenirs harcelants, des insomnies, des flashbacks… Il existe toujours un objet se rapportant aux faits, tels que des photos, des lieux… Les pertes de mémoire ou le manque de concentration font également partie des symptômes de cette pathologie. Cette dernière est également responsable des émotions négatives comme la peur ou la tristesse. Les soins Certaines personnes parviennent à se rétablir d’elles-mêmes sans avoir recours à un quelconque soin. Par la suite, ces individus ne développent par de trouble de stress post-traumatique. En cas de persistance des symptômes, il faut consulter un médecin. La personne risque de faire des dépressions ou de devenir indépendante à des substances. La thérapie peut être cognitive ou comportementale. Le traitement se base sur des antidépresseurs ou des anxiolytiques en cas de troubles graves. Les conséquences en cas de non-traitement de la maladie Le patient atteint de trouble post-traumatique risque de perdre de l’enthousiasme au quotidien et ne trouvera d’intérêt en rien. Ceci peut entraîner l’anxiété qui se transformera rapidement en dépression avec le temps. Puis l’individu sombre dans un état de dépression, plus il se tiendra ou sera tenu à l’écart de la société et deviendra un marginal. Dans ce cas, les risques de suicide augmentent de 15...

Lire la suite
Tout savoir sur les tables pour les écoliers
Oct22

Tout savoir sur les tables pour les écoliers

Bureaux, tables pour écoliers… il existe toute une gamme de mobilier pour agencer votre établissement scolaire. Il importe que les classes soient agréables et dynamiques. Également à la maison, il est important que les enfants se sentent à l’aise pour réviser et étudier. Sur https://www.cofradis-collectivites.fr/, retrouvez vos meubles scolaires, à la fois ergonomiques, pratiques et esthétiques et faites votre choix de table d’écolier. Les indispensables pour les élèves/enfants Le mobilier d’écolier constitue un composant essentiel à l’instruction des enfants. Les besoins en équipements d’un petit bureau à la maison ou en salle de classe sont distincts. Selon l’apprentissage prodigué et du public à recevoir, le matériel diffère. Cofradis Collectivités vous propose le meilleur équipement, ainsi que des solutions à portée de main. Depuis la table d’écolier au bureau scolaire, sans oublier les tableaux mobiles, vous n’aurez que l’embarras du choix. Les tables et bureaux fixes proposent un plateau stratifié, verni, bois ou encore mélaminé. Ces meubles profitent d’un piètement en tube, élaboré pour une bonne résistance et un parfait équilibre. La table d’écolier biplace ou monoplace propose un réglage en hauteur, selon les besoins de votre enfant ou de l’élève. Votre meuble se conforme à la croissance de votre enfant et/ou élève. Comment bien choisir votre table d’écolier ? Une table d’écolier doit répondre à des dimensions correctes, selon l’âge des enfants qui les utilisent. Disposant ou non d’un système de rangement, munie ou démunie d’une chaise, elle doit se modeler sur vos besoins. Aussi, un mobilier d’écolier doit obéir à des règles de sécurité strictes. Il y va de la qualité des finitions, de la résistance et de la robustesse de votre équipement. Il convient également de déterminer si une table d’écolier une place ou deux places sera appropriée. Aussi, êtes-vous en mesure de recevoir des écoliers en état de handicap ? Ce qui vous laisse le soin de vous équiper de mobiliers scolaires à tous les...

Lire la suite
Le Turc de Van : un chat unique
Oct12

Le Turc de Van : un chat unique

Le Turc de Van est un chat particulier : c’est le seul à savoir nager. Cet animal original adore généralement l’eau fraîche. Souvent, ce félin est confondu avec l’Angora turc. Toutefois ces deux races venant de Turquie présentent des différences. Les traits physiques Le Turc de Van est de taille moyenne et a une musculature imposante. Sa poitrine est large et sa tête en triangle. La fourrure mi-longue présente un beau manteau soyeux et est dépourvue de sous-poil. Une fois en hiver, le pelage devient plus moelleux et plus dense. La beauté de ce chat réside également dans sa queue touffue, son « pantalon » sur ses pattes arrière et sa collerette. Opter pour le naturel Le pelage du Turc de Van est essentiellement blanc. Les autres couleurs se situent uniquement sur la tête et sur la queue. Ces couleurs n’excèdent pas les 20 % de la robe. Ces colorations inhabituelles se trouvant notamment autour des oreilles, sont appelées « motifs Van ». Dans les élevages traditionnels, les taches sont de couleur rouge ou crème. Des taches bleues ou noires peuvent également apparaître. Son caractère Les chats turcs sont généralement des animaux à la fois intelligents et capables d’apprendre vite. Par ailleurs, le Turc de Van est de nature joueur, même à un âge avancé. Cela est constaté notamment si l’animal dispose d’un point d’eau. Elevé en extérieur, cet animal peut pêcher dans les bassins ou dans les arrosoirs. Une fois en intérieur, il va jouer dans les toilettes et même dans les vases. Ce félin aime également...

Lire la suite
La fabrication de la sauce soja
Sep14

La fabrication de la sauce soja

La sauce soja fait partie des condiments les plus utilisés. Cet assaisonnement a été utilisé depuis de nombreuses années. L’élaboration de celui-ci peut prendre du temps et cela peut produire des odeurs parfois désagréables. Toutefois, le résultat obtenu en vaut la peine. Pour l’élaboration, il faut du soja, de la farine de blé, du koji, de l’eau et du sel. Les premières étapes La préparation de la sauce soja commence par le hachage au robot de cuisine ou au couteau. Le reste est écrasé à l’aide d’une spatule et le tout est mélangé à de la farine dans un saladier. Il faut bien mélanger afin d’obtenir une pâte homogène. Cette dernière est malaxée à la main et transformée en bûche. Découpez ensuite en tranches de 6 mm d’épaisseur et emballez celles-ci dans une serviette en papier humide. Le tout doit être enveloppé dans un film alimentaire. Le temps de pause est d’une semaine pour la formation de moisissure. Après les premières étapes Les tranches sont mises sur une plaque afin de les faire sécher au soleil. Ainsi, elles deviennent brunes. Puis, il faut mettre du sel et de l’eau dans un pot ou dans une casserole. Les tranches y sont trempées et recouvrir le récipient de film alimentaire. Durant la fermentation, il faut mélanger une fois par jour jusqu’à dissolution après quatre semaines. Le liquide obtenu après filtration est versé dans des bouteilles : c’est la sauce désirée. Quelques astuces Lors de la fermentation, il est recommandé de disposer d’un assez grand espace pour le stockage de la sauce car elle peut dégager des odeurs désagréables durant cette phase. Ainsi, il est préférable de la mettre dans un endroit peu fréquenté. La sauce soja pourra agrémenter un grand nombre de plats, de porc, de bœuf, de sushis, de riz ou de légumes. Les origines de cette sauce remontent au Japon ancien, depuis des...

Lire la suite
Je Trouve, Tout en un clic ! | Domotiki | 123conso.net