Les étapes de la fabrication traditionnelle du fromage
Juil17

Les étapes de la fabrication traditionnelle du fromage

Fabriquer un fromage de manière traditionnelle doit toujours se faire suivant les règles. Toutefois, certaines variétés de ce produit ne nécessitent pas forcément le suivi des normes à la lettre. Par ailleurs, le choix du lait à utiliser reste primordial. La qualité de cette matière première dépend du pâturage. Le caillage et l’égouttage Le caillage permet de coaguler le lait sélectionné qui provient des vaches, des chèvres ou des brebis… Lors de cette étape, le petit lait ou lactosérum et la matière gélatineuse sont séparés. Cette pâte constitue la matière de base du fromage. Dans ce procédé, les artisans utilisent de la caillette de veau ou du suc de figue, avec un dosage bien précis. Quant à l’égouttage, il peut se faire à la main (dans un linge) ou par machine. Ainsi, l’eau encore présente dans le caillé est évacuée. Le salage, le moulage et le pressage Dans le fromage, le sel joue un rôle prépondérant : il accentue le goût et agit comme un conservateur. Il est ajouté à différentes étapes de la fabrication, jusqu’à l’affinage. Sa concentration a un impact sur la souplesse du produit obtenu, sur sa texture et son goût. Après le salage vient le moulage : le fromage prend forme. Le pressage prolonge la phase de l’égouttage. Ainsi, le fromage est égoutté de manière plus forte : il est placé sous une presse. Il devient plus sec et se conserve mieux. L’affinage et le lavage L’affinage constitue une étape importante dans la fabrication du fromage. Ce produit est placé dans un milieu spécifique afin de remonter son goût et façonner sa forme définitive. En outre, cet aliment subit la protéolyse : une croûte se forme à l’extérieur et protège les divers arômes et saveurs. Cette nourriture si prisée est soumise à des tests, des sondages et des jugements. Après l’affinage vient le lavage ; les « ferments rouges » se développent mieux. Parfois, les fabricants frottent la croûte avec une liqueur, de l’eau salée ou avec différentes...

Lire la suite
S’engager dans la marine : quelle formation suivre ?
Juil02

S’engager dans la marine : quelle formation suivre ?

S’il existe en France une entité qui recrute à bras ouvert, c’est la marine. Le recrutement ne passe pas nécessairement par un concours, sauf pour l’entrée à l’école navale. Une fois sélectionné, il est important de suivre une formation pour accéder à un tel ou tel poste dans un établissement spécialisé. L’école des mousses Passer par l’école des mousses est indispensable si vous souhaitez disposer rapidement des compétences fondamentales pour devenir marin. Vous pouvez vous inscrire dans cet établissement après la classe de troisième. Pendant le cursus, vous apprendrez les fonctions d’un marin. L’enseignement s’organise autour d’une formation maritime, militaire et sportive, ainsi que sur la sécurité. L’apprentissage est ponctué par des stages. À la fin du cursus, vous obtiendrez le Brevet élémentaire de mousse. L’école des matelots L’école des matelots forme des futurs matelots de la flotte et des futurs quartiers-maîtres. La formation se déroule dans les sites de Lorient, Cherbourg ou Toulon. Elle a pour but de développer les compétences de base dans le domaine maritime, militaire et de la sécurité. Vous pouvez choisir entre plusieurs spécialités : matelot machine, matelot restauration, matelot bureautique, matelot pompier… Après la formation, les matelots sont affectés suivant la spécialité choisie. L’école navale et l’école de Maistrance Les officiers de carrière de la marine nationale française sont formés au sein de l’école navale. L’admission en 1ère année se fait par voie de concours public. La 2ème et 3ème année est accessible après une phase d’admissibilité (entretien et dossier), un concours avec épreuve orale et écrite, puis une épreuve sportive et d’aptitude générale. L’école de Maistrance est, par ailleurs, réservée aux officiers mariniers. L’apprentissage des maistranciers comprend deux phases consécutives : la formation initiale et la formation de technicien. C’est seulement après la formation initiale que les apprenants rejoignent une école pour se spécialiser. À noter qu’il existe aussi une mention complémentaire Mécatronique Navale et un Bac Pro Marine qui permet d’intégrer la...

Lire la suite
Les masques naturels pour le visage
Juin27

Les masques naturels pour le visage

Les solutions pour avoir un joli visage peuvent être bon marché. Vous n’avez pas à vous procurer des produits de beauté de grande marque qui coûtent cher. Il existe bien des astuces de grand-mère, toutes aussi efficaces et naturelles ne contenant pas d’agents chimiques et exemptes d’effets secondaires. Vous pouvez les préparer par vous-même. Les solutions à base de fruits et de légumes Pour rappel, le concombre a un rôle décongestionnant. La menthe, quant à elle procure une fonction purifiante, tandis que le citron bénéficie de propriétés éclaircissantes. Lors de vos prochaines courses, pensez à inclure ces fruits et légumes dans votre liste. Ces ingrédients présents dans votre cuisine vont vous être utiles lors de vos préparations beauté. L’utilisation de ces composants naturels vous épargne de dépenses futiles en produits cosmétiques et vous fait contribuer à la préservation de l’environnement. Comment appliquer un masque naturel ? Avant d’appliquer votre masque naturel, penser à démaquiller votre visage pour enlever les impuretés. La mixture doit être appliquée au niveau du visage et du cou. Pensez à ne pas en mettre autour des yeux, puis utiliser de l’eau tiède pour rincer. Lors du démaquillage, utilisez une huile végétale, comme de l’huile de coco ou de jojoba. Vous pouvez vous les procurer facilement, sur internet. Ces produits s’avèrent plus bénéfiques que les démaquillants chimiques habituels. Quelques exemples de masques naturels Pour avoir un teint rayonnant, prenez une moitié d’un concombre et un yaourt. Epluchez le concombre, découpez-le en morceaux et passez le tout au mixeur avec le yaourt. Il vous suffit ensuite d’appliquer le mélange sur le visage et d’attendre 15 minutes. Si vous avez une peau sèche, faites-vous un masque à l’aide de la moitié d’un avocat, d’une banane et de miel. Les fruits doivent être écrasés et ajoutez-y une cuillérée de miel. Appliquez le tout sur votre visage et laissez agir pendant 10...

Lire la suite
Grand cru, millésimé, non millésimé : quel type de vin choisir
Juin12

Grand cru, millésimé, non millésimé : quel type de vin choisir

À chacun son vin ! Avec un large éventail de saveurs, de parfums et de producteurs, il est possible de choisir le vin qui vous ressemble. Mais pour vous aider à choisir le bon vin (Grand Cru, millésimé ou non millésimé), cet article vous aidera à comprendre ce qui se cache derrière ces termes. Les grands crus Partons vers la route des Grands Crus. Ainsi, vous pouvez être sûr de ne pas vous tromper. Les Grands Crus sont des vins élaborés avec des raisins ayant le plus haut degré d’excellence. On dit qu’ils sont des meilleurs raisins parce qu’ils sont issus d’un vignoble ou d’un domaine avec des sols, d’un climat, d’un terroir ou d’une situation géographique particulière. À tout cela s’ajoute le type d’élevage, le conditionnement et le savoir-faire particulier d’un viticulteur pour produire un vin haut de gamme. Parmi les Grands Crus les plus prisés au monde, on retrouve ceux d’Alsace, de Bourgogne, de Bordeaux et de Champagne. Les millésimés Le millésime, en viticulture, est l’année de la cueillette des raisins et de la création du produit fini, le vin. Un vin millésimé est une cuvée élaborée à partir de raisins qui ont tous été cultivés et récoltés au cours d’une année donnée. Un millésime peut avoir un impact majeur sur le goût et la qualité, principalement en raison du climat qui affecte les vignes tout au long de la saison. Les différences des millésimes en termes de qualité dépendent essentiellement des variations climatiques. Un millésime peut être meilleur et un autre moyen. La mention du millésime aide à connaître l’âge du vin et permet de contrôler sa maturation. Les non millésimés Les non millésimés sont un vin élaboré à partir d’une combinaison de vins ou de récoltes de différentes années. Pour leur élaboration, le viticulteur utilise des vins conservés depuis l’année précédente ou plusieurs années précédentes. C’est donc une cuvée sans année et est créé à partir d’un mélange de différents millésimes et de raisins. Les vins non millésimés permettent de créer un profil de saveur uniforme d’année en année....

Lire la suite
Formation culinaire : tout savoir sur les écoles de cuisine
Mai27

Formation culinaire : tout savoir sur les écoles de cuisine

Vous envisagez de vous lancer dans l’univers de la cuisine et de la restauration ? Vous voulez faire des études gastronomiques, hôtelières et culinaires ? Un cursus au sein d’une école de cuisine vous est indispensable. Ces quelques lignes vous permettront de mieux connaitre ce type d’établissement. Comment intégrer une école de cuisine ? En France, les modalités d’admission dans une école de cuisine varient en fonction de l’établissement choisi. Si certains établissements admettent sur étude de dossier, d’autres ouvrent leurs portes sur concours et entretien de motivation. Il en va même pour les coûts de formation : les frais varient selon le programme sélectionné et l’école. Plusieurs écoles de cuisine existent aujourd’hui dans l’Hexagone pour ne citer que les grands établissements comme Ferrandi et Ferrières. Il est conseillé de se renseigner directement auprès de l’institution choisie pour davantage d’informations. École de cuisine : cursus et programme Plusieurs cursus sont proposés au sein des écoles de cuisine. On peut citer le bachelor, la licence, le master sans oublier les différentes formations certifiantes. Certains établissements assurent une formation par voie d’apprentissage, mais aussi la Validation des Acquis de l’Expérience. La technique de restauration, la cuisine moléculaire, l’art de la table, la pratique culinaire et les langues vivantes sont des exemples de matières que vous aurez en école de cuisine. Les cursus sont souvent ponctués par des ateliers et des conférences sans oublier les projets individuels. Réaliser le meilleur choix d’école de cuisine Il est impératif de bien étudier les offres proposées par les écoles de cuisine afin de décider l’établissement qui vous convient le mieux. Aujourd’hui, de nombreuses formations culinaires existent en métropole. Pour certaines écoles, la formation est basée sur les techniques culinaires tandis que pour d’autres, le cursus est plutôt axé  sur le marketing et le management. Il existe également des établissements qui fonctionnent par alternance et des grandes enseignes qui possèdent un campus pouvant accueillir leurs étudiants. Effectuez alors votre choix en fonction de votre...

Lire la suite
Free Landz | Comment ça doit ? | Mag en ligne - Tout ce qui vous plaît, en ligne