Les conseils à retenir pour l’allaitement
Avr03

Les conseils à retenir pour l’allaitement

Selon les dernières statistiques, une française sur deux a recours à l’allaitement, mais bien souvent, un manque d’information aboutit à son abandon. Il est primordial de prendre les bonnes informations dès le départ, afin d’éviter certains désagréments. Démarrer l’allaitement dès la naissance En donnant le sein à votre bébé le plus tôt possible, vous lui apprenez les bons réflexes mais cela vous pousse également à adopter la bonne posture. Faites-vous aider à la maternité par le personnel soignant à votre disposition, ils seront capables de vous donner des conseils très précieux et surtout vous aideront à trouver la posture la plus appropriée. Des mamelons douloureux arrivent fréquemment, l’hypersensibilité de votre poitrine n’est pas forcément la cause, mais plutôt à une mauvaise position de l’enfant. Le bébé doit se tenir face à vous, avec la bouche grande ouverte pour être capable d’englober au maximum le mamelon. Bien que ce geste puisse paraître anodin, à force de répétition s’il n’est pas exécuté correctement, il peut occasionner des gênes importantes liées à des douleurs sur les mamelons. Utiliser du matériel adapté à l’allaitement Certains objets amélioreront ostensiblement votre confort, bien qu’en aucun leur acquisition est obligatoire. Le recours à des huiles compatibles ou à certaines crèmes à la lanoline est recommandé, pour éviter la formation des crevasses ou des gerçures. L’utilisation de coussinets allaitement, qu’ils soient lavables ou jetables permettront une meilleure posture de votre dos. C’est un accessoire qui deviendra vite indispensable grâce au confort qu’il procure au moment de la tétée. Vous pouvez également coupler le coussinet allaitement avec une brassière confortable. La combinaison des deux éléments assure un excellent maintien au cours de la poussée de lait. Ces accessoires peuvent se trouver sur le site https://www.lansinoh.fr. En suivant ces différents conseils, l’allaitement de votre bébé se déroulera dans les meilleures...

Lire la suite
Réveil en pleine nuit ou trop tôt le matin : comment se rendormir?
Fév24

Réveil en pleine nuit ou trop tôt le matin : comment se rendormir?

Tout le monde peut se réveiller une ou deux fois dans la nuit ou trop tôt le matin (entre 1h et 4h). Mais si vous ne parvenez pas à vous rendormir rapidement, votre sommeil sera insuffisant et vous souffrirez d’un manque d’énergie le matin. Pour ce faire, sachez ce qui vous réveille afin de pouvoir résoudre le problème et retrouver le sommeil. Comprendre les étapes du sommeil En général, les adultes devraient avoir un sommeil de 7 à 9 heures chaque nuit pour un bien-être optimal et une parfaite récupération au réveil. Cette période se divise en différentes étapes à savoir le sommeil léger, profond et à mouvements oculaires rapides (MOR), lorsque vous rêvez. Vous passerez par ces étapes plusieurs fois durant la nuit. Vous êtes parfois plongé dans un sommeil profond tôt dans la nuit. Au petit matin, vous êtes principalement en MOR et en sommeil plus léger, donc tout bruit ou autre chose vous réveillera plus facilement. https://www.doctissimo.fr/html/psychologie/bien_dormir/ps_6205_sommeil_cycles.htm Adoptez les bonnes habitudes Ne buvez plus de café ou toute autre boisson contenant de la caféine l’après-midi. Essayez d’apaiser votre stress, votre colère ou vos émotions fortes avant de vous coucher. Dormez dans une pièce calme et éteignez la lumière. Tout cela devrait allonger votre temps de sommeil. Mais que faire quand vous ne parvenez pas à trouver le sommeil dans les 20 minutes après votre réveil nocturne ? La relaxation Si vous ne parvenez toujours pas à vous rendormir, faites quelque chose d’anodin comme penser à des scènes de films, réciter des poèmes ou chantonner dans la tête… Afin de réduire le niveau de stress, vous pouvez aussi effectuer quelques mouvements ou figures propices à la détente. Essayez la relaxation musculaire progressive en travaillant sur un groupe musculaire, en commençant par les pieds et en remontant doucement vers la tête. Tendez légèrement vos muscles, comptez jusqu’à cinq et laissez-les se détendre...

Lire la suite
L’insuffisance rénale aiguë
Jan27

L’insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aigüe se résume comme le dysfonctionnement des reins qui se manifeste de manière brutale et toujours réversible. Ces organes voient leurs fonctionnalités réduites. Ils éliminent moins les déchets du sang et n’arrivent plus à le filtrer correctement. Les causes de cette maladie peuvent être multiples. La manifestation Les insuffisances rénales peuvent survenir brutalement juste en l’espace de quelques semaines, quelques jours, voire même quelques heures. Cette maladie se manifeste par la baisse ou l’absence de production d’urines. En pratique, ce liquide organique n’a qu’un volume de 500 à 100 ml en 24 heures. Ces chiffres caractérisent respectivement l’oligurie et l’anurie. Rarement, cette quantité dépasse les 500 ml en 24 heures : il est ici question de diurèse conservée. Les différents types d’insuffisance rénale aiguë L’insuffisance rénale aigüe, à titre de rappel, se traduit en la perte des fonctions des reins. Leurs entités fonctionnelles (néphrons) sont altérées. Le taux sanguin de créatinine s’élève. Cette maladie se décline en trois types, dont les insuffisances rénales fonctionnelles. Cette pathologie sous-entend la baisse de la circulation sanguine rénale. Les maladies organiques des reins (lésions anatomiques et microscopiques) en font également partie tout comme les formes obstructives. Ces dernières peuvent être causées par une entrave dans les voies urinaires, à partir du bassinet jusqu’au canal partant de la vessie jusqu’au méat urinaire. La consultation et le traitement L’insuffisance rénale aiguë se traite en milieu spécialisé et en urgence. Les interventions consistent à la restriction des apports en eau, en sodium et en potassium. L’apport calorique doit être de 30 cal/kg/j. Les protides doivent être à l’ordre de 1g/kg/j. L’hyperkaliémie est à éviter, tout comme l’acidose métabolique. Le patient se voit de passer obligatoirement par une dialyse péritonéale ou hémodialyse. Par ailleurs, le monitoring ou la surveillance automatique est obligatoire....

Lire la suite
Les masques naturels pour le visage
Juin27

Les masques naturels pour le visage

Les solutions pour avoir un joli visage peuvent être bon marché. Vous n’avez pas à vous procurer des produits de beauté de grande marque qui coûtent cher. Il existe bien des astuces de grand-mère, toutes aussi efficaces et naturelles ne contenant pas d’agents chimiques et exemptes d’effets secondaires. Vous pouvez les préparer par vous-même. Les solutions à base de fruits et de légumes Pour rappel, le concombre a un rôle décongestionnant. La menthe, quant à elle procure une fonction purifiante, tandis que le citron bénéficie de propriétés éclaircissantes. Lors de vos prochaines courses, pensez à inclure ces fruits et légumes dans votre liste. Ces ingrédients présents dans votre cuisine vont vous être utiles lors de vos préparations beauté. L’utilisation de ces composants naturels vous épargne de dépenses futiles en produits cosmétiques et vous fait contribuer à la préservation de l’environnement. Comment appliquer un masque naturel ? Avant d’appliquer votre masque naturel, penser à démaquiller votre visage pour enlever les impuretés. La mixture doit être appliquée au niveau du visage et du cou. Pensez à ne pas en mettre autour des yeux, puis utiliser de l’eau tiède pour rincer. Lors du démaquillage, utilisez une huile végétale, comme de l’huile de coco ou de jojoba. Vous pouvez vous les procurer facilement, sur internet. Ces produits s’avèrent plus bénéfiques que les démaquillants chimiques habituels. Quelques exemples de masques naturels Pour avoir un teint rayonnant, prenez une moitié d’un concombre et un yaourt. Epluchez le concombre, découpez-le en morceaux et passez le tout au mixeur avec le yaourt. Il vous suffit ensuite d’appliquer le mélange sur le visage et d’attendre 15 minutes. Si vous avez une peau sèche, faites-vous un masque à l’aide de la moitié d’un avocat, d’une banane et de miel. Les fruits doivent être écrasés et ajoutez-y une cuillérée de miel. Appliquez le tout sur votre visage et laissez agir pendant 10...

Lire la suite
Acouphènes, qu’est-ce que c’est ?
Avr13

Acouphènes, qu’est-ce que c’est ?

Les troubles de l’audition sont de plus en plus courants. On considère que plus de 10% de la population en souffre. Près de deux millions de personnes sont donc gênées par desacouphènes, les jeunes de 15 à 30 ans étant également de plus en plus touchés. Bien que répandu, ce phénomène reste bien souvent méconnu. Essayons donc de définir ce qu’est l’acouphène et ses causes. Un trouble auditif handicapant L’acouphène va se manifester chez la personne qui en souffre par la perception de bruits parasites ne provenant pas de son environnement. Ces bruits peuvent être permanents ou bien occasionnels, et parfois associés à une perte auditive ou à une hyperacousie. Ils peuvent prendre différentes formes (sifflements, bourdonnements…) et peuvent avoir différentes intensités, d’un sifflement faible jusqu’à un bruit de moteur. La vie de la personne souffrant d’acouphènes peut donc être complètement bouleversée. Les symptômes s’accompagnent souvent d’insomnies, de fatigue et de problèmes de concentration. Il en résulte un état d’anxiété particulièrement avancé des personnes qui ne supportent plus que difficilement certains sons trop forts. Elles finissent généralement par s’isoler et rompre toute relation sociale afin de se préserver.     Origine de l’acouphène et causes Les sons perçus par l’oreille sont mal retransmis au cerveau. Parfois même, aucun son extérieur n’est émis, alors qu’un bruit est reçu par le cerveau. Une baisse de l’audition ou une infection, de l’hypertension, un cholestérol élevé, le syndrome de Ménière ou encore un bouchon de cérumen peuvent entraîner un acouphène. Les causes multiples peuvent donc être pathologiques, mais également provenir d’une exposition à des bruits particulièrement forts. Le surmenage et le stress font également partie des facteurs déclencheurs ou aggravants. Traitement possible Il est possible de minimiser les symptômes en couvrant les bruits parasites à l’aide d’une musique douce par exemple. L’émission d’un bruit blanc permet de remédier à des acouphènes occasionnels. Si une perte auditive est associée à l’acouphène, l’utilisation d’un appareil peut être nécessaire. Si les symptômes deviennent permanents et réellement handicapants, il est primordial de consulter un ORL qui déterminera l’origine du problème et pourra proposer un traitement adapté, qu’il s’agisse de médicaments, d’une thérapie cognitive destinée à l’apprentissage d’une meilleure tolérance des bruits, ou d’une aide auditive comme celles proposées par www.grandaudition.com. En savoir plus sur les acouphènes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Acouph%C3%A8ne  ...

Lire la suite
Les multiples facettes du massage
Avr12

Les multiples facettes du massage

Étymologiquement, le terme massage provient de l’Arabe « mass » qui signifie toucher, palper. Le masseur ou massothérapeute est un professionnel qui applique une série de techniques manuelles visant au bien-être des personnes. Quels sont les savoirs d’un masseur ? Le métier de masseur se démocratise chaque fois plus. Il est désormais possible pour tout à chacun de prendre des cours de massage. La formation inclut : initiation à l’anatomie, apprentissage des points énergétiques et des méridiens, techniques de manipulation, réflexologie, produits de massage, etc. Vous pouvez avoir plus d’éléments sur des sites comme www.cassiopee-formation.com. Selon les désirs et les besoins de ses clients, le masseur offre différents soins adaptés à la demande en veillant au confort de la personne. Il prodigue également des conseils et vend des produits de soins. Connaissant les limites de ses interventions, il respecte les règles d’hygiène et de sécurité.     Quels sont les différents types de massages ? Le masseur exerce des mouvements manuels sur les différents « tissus mous » du corps humain, tels que les muscles, la peau, les tendons et les ligaments. Ses manipulations visent à améliorer le bien-être physique et psychique des personnes. En règle générale, les massages sont pratiqués sur une personne allongée au sol ou sur une table. Cependant, certaines techniques s’appliquent en position assise. Il est essentiel de différencier le « massage esthétique » du « massage bien-être ». Le massage esthétique ou cosmétique à pour but de maintenir ou d’améliorer l’aspect harmonieux du corps. À cet effet, le masseur utilise différents procédés, appareils ou produits cosmétiques. Cette catégorie inclut différents types de massages : remodelant, raffermissant, hydratant, décongestionnant, amincissant, drainages lymphatiques et circulatoires. Le massage « bien-être », quant à lui, concerne principalement la relaxation, la détente, l’antistress, la réduction de la fatigue physique et mentale, la décontraction des tensions musculaires, etc. Cette catégorie comprend différents types de techniques de massages : relaxants, en utilisant des huiles essentielles et des techniques d’aromathérapie ; réflexologie plantaire ; aux herbes ou aux pierres chaudes ; spécifiques venant d’Inde, de Chine, du Japon, de Thaïlande, de Suède, de Californie, etc. Pour en savoir plus : http://www.doctissimo.fr/html/forme/massages/massages.htm.  ...

Lire la suite