Tout sur le diabète de type 2
Juil28

Tout sur le diabète de type 2

Le diabète de type 2 se manifeste par une hausse du taux de glucose dans le sang ou hyperglycémie chronique. Cette maladie se rencontre généralement chez les adultes (à partir de la quarantaine), obèses ou en surpoids. La plupart des diabètes les plus fréquents sont de type 2 (90 %). Manifestation du diabète de type 2 La personne touchée par le diabète de type 2 a une envie fréquente de boire. Lorsqu’elle se soulage, elle évacue de l’urine en grande quantité. Elle subit également un amaigrissement rapide. Tous ces symptômes résultent de la carence en insuline, provoquée par l’absence totale de cellules pancréatiques. Ces dernières sont détruites par les cellules du système immunitaire du corps, d’où la qualification de maladie auto-immune du diabète de type 2. Cette maladie peut générer une insuffisance rénale, un trouble visuel, plaie, crampe ou diminution de la sensibilité au niveau des pieds… Les facteurs du diabète de type 2 Le diabète de type 2 touche davantage les hommes que les femmes. Plus on vieillit, plus on a de fortes chances d’être atteint par cette maladie. Cette dernière peut également être causée par le surpoids ou une importante accumulation de graisse à l’abdomen (grand tour de taille). Héréditaire, le diabète de type 2 se transmet (des fois) entre parents et enfants. Le niveau d’études, l’origine ethnique ainsi que les mauvaises habitudes alimentaires se présentent comme des facteurs directs et indirects non négligeables. Comment éviter/traiter cette maladie La prévention du diabète de type 2 se résume en un changement du train de vie : plus d’exercices physiques ! Cela doit se faire de manière régulière et répétitive pendant la semaine : marche, natation, vélo… La principale règle à suivre demeure le respect des normes diététiques et hygiéniques avec un régime hypocalorique : arrêter la consommation de sucre rapide, limiter le pain et les féculents… Il faut éviter les grignotages et prendre en compte les trois repas journaliers (collation tolérée). L’alcool ainsi que le tabac sont à...

Lire la suite
COMMENT DEVENIR OSTÉOPATHE ?
Juin16

COMMENT DEVENIR OSTÉOPATHE ?

Si vous êtes attiré par le domaine médical, si vous voulez soulager les douleurs de patients en prodiguant des soins de manière douce, si vous aimez le contact avec les autres, si vous adhérer à l’idée qu’une douleur dorsale ne peut être corrigée qu’en comprenant en compte le corps du patient dans sa globalité, alors pas de doute, le métier d’ostéopathe est fait pour vous. Petit guide du cursus à suivre pour accéder à ce métier aux multiples facettes. Quelle voie emprunter ? Différentes catégories de personnes peuvent accéder aux enseignements de l’ostéopathie : – les bacheliers titulaires d’un bac général ES, L, S ou technologique STMG, STI2D, STL, ST2S peuvent s’inscrire à temps plein dans un centre de formation en ostéopathie privé agrée par le ministère de la santé. Le recrutement se fait après l’étude des dossiers d’inscriptions et un entretien. – les titulaires d’un Diplôme d’Etat tels que les sages-femmes, les kinésithérapeutes, les pédicures-podologues, les ergothérapeutes, les chiropracteurs et les infirmiers peuvent accéder au métier d’ostéopathe en suivant une formation à temps partiel, étant dispensés de certains enseignements déjà reçu pour l’obtention de leur DE. – les titulaires d’un diplôme de médecine peuvent suivre une formation à temps plein ou à temps partiel leur permettant d’obtenir un Diplôme Interuniversitaire (DIU) de médecine manuelle – ostéopathie. Le cursus Il faut 5 années d’enseignement supérieur à temps plein pour un bachelier afin de pouvoir prétendre au diplôme d’ostéopathe, soit 4860 heures. Pendant ce cursus, l’étudiant devra valider des Unités d’Enseignement qui abordent 7 grandes thématiques parmi lesquelles : les sciences fondamentales (anatomie), les sciences humaines et sociales, la gestion et le droit, ou encore l’histoire de l’ostéopathie. En plus des connaissances théoriques, les études seront bien évidemment centrées sur l’acquisition des pratiques ostéopathiques, sur les méthodes, sur les outils de travail et sur le développement des compétences du praticien. Des stages cliniques seront à effectuer sous la direction d’ostéopathes confirmés. Après toutes ces évaluations et un mémoire de fin d’etudes validé, le diplôme d’ostéopathe sera définitivement acquis. Les études pour apprendre le métier d’ostéopathe sont intenses mais très variées. Elles touchent un grand nombre de domaines pour permettre au praticien de comprendre l’ensemble de son patient et pas uniquement sa...

Lire la suite
5 POINTS À NE PAS NÉGLIGER POUR BIEN CHOISIR SON ÉCOLE D’OSTÉOPATHIE
Juin06

5 POINTS À NE PAS NÉGLIGER POUR BIEN CHOISIR SON ÉCOLE D’OSTÉOPATHIE

En France, le nombre d’ostéopathes professionnels a plus que doublé depuis 2010. De 10 000, ils sont passés à 24 000 en 2016. Parallèlement, le niveau d’exigence pour exercer cette profession se durcit. Le choix de l’école pour se former au métier d’ostéopathe est donc capital. Voici 5 critères à ne pas négliger avant de s’engager. 1. Un diplôme reconnu Pour pouvoir prétendre au titre d’ostéopathe professionnel et exercer la profession en libéral, il est impératif d’obtenir le DO (Diplôme d’Ostéopathe). Seules les écoles agréées par le Ministère de la Santé sont autorisées à délivrer ce diplôme. De même, une certification du titre professionnel procure une valeur supérieure au diplôme. Une école dont le DO est enregistré au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) représente un gage de qualité. Cette certification facilite l’insertion professionnelle des jeunes ostéopathes et influence favorablement leur poursuite d’études universitaires. 2. Un corps professoral compétent L’équipe pédagogique est un élément déterminant dans le choix d’une école d’ostéopathie. Elle doit être composée de professionnels passionnés par leur métier, issus d’horizons variés et cherchant à faire progresser la profession. Pour un enseignement de qualité, ostéopathes reconnus, médecins, chirurgiens et enseignants chercheurs doivent se relayer pour dispenser une formation théorique, pratique et clinique de 4 860 heures minimum. 3. Un programme pédagogique professionnalisant L’apprentissage du métier d’ostéopathe passe par la théorie mais surtout par la pratique. Afin de développer la sensibilité palpatoire des étudiants dès la première année, les écoles d’ostéopathie sont tenues de proposer à leurs élèves des mises en situation fréquentes. Les deux premières années de cours sont consacrées à la théorie mais doivent introduire la pratique à l’aide de TD et d’observations de consultations. Au cours de ses 5 années de formation, le futur ostéopathe doit avoir effectué un minimum de 150 consultations. 4. Des partenariats enrichissants Pour qu’une école d’ostéopathie soit efficiente, elle doit avoir développé des partenariats stratégiques avec des associations sportives ou des hôpitaux renommés. Ce critère permet aux étudiants de se spécialiser dans un domaine et de développer leurs compétences grâce à des stages en situation réelle. Les partenariats peuvent également favoriser l’insertion des jeunes diplômés dans la profession. 5. Une infrastructure performante Avant de s’engager avec une école d’ostéopathie, l’étudiant doit s’assurer que l’école mettra à sa disposition l’équipement et les locaux nécessaires à son apprentissage. Pour un enseignement de qualité, l’école doit posséder une clinique interne disposant de nombreux box de consultation, des outils pédagogiques performants et des effectifs d’élèves et d’enseignants en rapport avec la taille de l’infrastructure. Il est intéressant également de se renseigner sur l’accessibilité de l’école en termes de transport, ainsi que de la présence...

Lire la suite
Découvrez les bienfaits de la rose !
Mai05

Découvrez les bienfaits de la rose !

Mis à part sa nature décorative et séductrice, la rose sous forme de tonique, de tisane ou d’huile essentielle éclaircit la peau et guérit plusieurs maladies. Les roses ne sont pas seulement faites pour embellir une maison ou pour offrir en cadeau… Vertu beauté de la rose La rose est riche en vitamine B, C, E, en tanins et en pectine. De ce fait, elle tonifie, adoucit et raffermit la peau. Utilisez-la sous forme de tonique démaquillant. La préparation est simple. Pour de « l’eau de rose maison », mettez à ébullition un demi-litre d’eau, versez l’équivalent de trois poignées de pétales dans le bouillon, et laissez macérer pendant vingt minutes. Puis filtrez et embouteillez le mélange. Ajoutez-y deux gouttes de jus de pamplemousse, et conservez-le dans le réfrigérateur. Vous pouvez l’utiliser tous les soirs. Vertu santé de la rose L’infusion de rose guérit plusieurs maladies. En cas de rhume ou de diarrhée, buvez trois tasses par jour. Pour soulager vos maux de dents ou de gorge, utilisez-la en bain de bouche. Si vous avez des maux de tête, imbibez un mouchoir ou une compresse d’huile essentielle de rose, puis appliquez-le directement sur votre front. L’eau de rose est aussi bénéfique pour la cicatrisation de blessures, la digestion et la respiration. Elle est aussi connue pour ses vertus astringentes, et permet de guérir le gonflement des yeux. Attention, l’aromathérapie est à manier avec prudence, mieux vaut faire appel à un professionnel ayant suivi une formation d’aromathérapie. Si ce sujet vous intéresse, cassiopee-formation propose des modules d’apprentissage. La rose : un accessoire à grands effets ! Offrir un bouquet de fleurs est une pratique qui ne se démode pas. Essayez d’interroger vos proches et amis. De cette manière, vous constaterez qu’une femme sur deux apprécie les fleurs en cadeau. Parmi tant d’autres, la rose reste très appréciée, car avant tout, elle symbolise l’amour. Un homme qui offre des fleurs à sa compagne est un gentleman qui se connait en matière de séduction. Des fleurs suffisent pour faire plaisir à son partenaire ou sa famille, pour consolider un couple, redonner le sourire à une personne triste, remonter le moral d’un patient… http://www.femmeactuelle.fr/minceur/astuces-minceur/huiles-essentielles-grignotage-2004649  ...

Lire la suite
L’été ou le grand retour des moustiques !
Avr17

L’été ou le grand retour des moustiques !

L’arrivée de l’été annonce l’approche des vacances, mais aussi le déploiement de certains locataires indésirables : les moustiques. Les moustiques : des vecteurs de multiples maladies. Des maladies dites “vectorielles” sont transmises par les moustiques. Certaines d’entre elles ont des conséquences dramatiques sur la population et font l’objet d’une attention particulière des autorités de santé. Des plus connues, comme le paludisme, la fièvre jaune, la dengue, aux plus récentes, telles que le chikungunya, le virus Zyka ou la fièvre du Nil occidental, ces maladies, contrairement à ce que l’on peut croire, ne sont pas forcément endémiques. Les échanges de marchandises propagent les moustiques à travers le monde et, partant, les maladies dont ils sont le vecteur. Les œufs de moustiques peuvent en effet rester en sommeil pendant plus d’une année. Le Ministère des Affaires sociales et de la santé recensait, en 2015, 135 cas de dengue et 29 cas de chikungunya en France métropolitaine. A cet égard, la présence du redoutable moustique tigre sur le territoire national implique de prendre des précautions particulières. Les différents types de répulsifs. Il existe deux familles de répulsifs sur le marché qui se distinguent par leur fonction. Le premier type de répulsifs vise à éloigner les moustiques. Le second type est destiné à les tuer. Les répulsifs visant à éloigner les moustiques. a) En application cutanée. Les répulsifs cutanés se présentent sous diverses formes. En crème ou en gel, ils permettent une application directe sur la peau de manière plus ou moins étendue, en fonction des besoins. On les trouve également sous forme de spray, ce qui a pour avantage de protéger de plus grandes surfaces de peau plus aisément. b) Alternatives aux applications cutanées. Il est également possible d’agir sur son environnement par des répulsifs chimiques ou naturels. Ici, encore, les moyens sont variés. Le bracelet à la citronnelle est particulièrement adapté pour les enfants ou les personnes qui présentent des réactions allergiques aux répulsifs cutanées. Dans le même esprit, on trouve également des bougies à la citronnelle, ou des diffuseurs d’essences végétales, comme le géranium ou la citronnelle. Il existe aussi des lampes à ultraviolets ou des appareils à ultrasons. Depuis peu, des applications pour smartphones proposent même une fonction anti-moustiques. Les répulsifs visant à l’éradication des moustiques. Si certains insecticides permettent d’éliminer efficacement les moustiques, ils doivent être utilisés avec précaution en raison de leur nocivité pour les organismes. On les trouve sous forme d’aérosol, de diffuseur électrique ou de spirale à brûler. Traitement après une piqûre de moustiques. Suite à une piqûre, il convient d’appliquer une solution alcoolique à l’endroit de la piqûre plusieurs fois par jour. En cas...

Lire la suite
Vapoter oui, mais vapoter français !
Avr03

Vapoter oui, mais vapoter français !

Le e-liquide est la clef de voûte de la cigarette électronique. Vapoter implique de bien choisir son matériel à l’image d’une cigarette électronique et d’un e-liquide à son goût. Utilisé comme combustible et produisant de la vapeur d’eau, l’e-liquide est constitué de différents produits savamment dosés à l’image du propylène glycol, de l’arôme alimentaire, de la glycérine végétal et de l’alcool. Pour éviter une sensation de lassitude, varier les e-liquides est souvent conseillé par les spécialistes ! Une large gamme de parfums : pomme, cookie, tabac blond, réglisse, vanille… avec des dosages variables de nicotines (entre 0 et 18 mg par millilitre) permet de satisfaire les clients les plus exigeants. Les atouts indéniables d’une marque française pour vapoter De façon générale, l’e-liquide est une excellente alternative à la cigarette classique. Réduire le taux de nicotine au fil de l’utilisation permet de réaliser un sevrage tout en douceur. Il est à noter que l’ e liquide français propose une formule moins nocive au regard des autre offres existantes. Ainsi certaines marques intègrent des produits 100% biologiques à l’image de la glycérine végétale biologique (GV) et du Mono Propylène Glycol Végétal (MPGV). Outre le goût, cette formule offre un confort supplémentaire au vapoteur. Bien entendu, l’ e liquide français peut être un mélange personnel de différents arômes afin de créer une signature unique. Choisir un e-liquide français permet de bénéficier de produits de qualité – avec un meilleur contrôle – mais aussi de soutenir de jeunes entreprises locales ! La proximité n’a jamais eu autant de goût. Pour acheter votre e liquide français, rendez-vous ici. La législation a renforcé l’interdiction des e cigarettes dans les lieux publics :...

Lire la suite
Le guide sympa | Generalia | www.11bis.fr