L’intelligence et le développement personnel chez l’enfant
Sep14

L’intelligence et le développement personnel chez l’enfant

De manière générale, l’intelligence est perçue comme la capacité à traiter des informations afin de dénouer les difficultés de la vie quotidienne. De la sorte, les aptitudes d’une personne brillante ne se résument pas à ses facultés à résoudre des problèmes mathématiques ou logiques. Cela dit, est-il possible de faire de vos enfants des êtres potentiellement intelligents ? Le développement de l’intelligence au cours des premières années de la vie Le potentiel biologique et l’environnement socio-éducatif sont les principaux facteurs qui peuvent déterminer l’étendue de l’intelligence humaine. Le premier est acquis par l’évolution du cerveau. Pendant l’enfance, des réseaux neuronaux se forment, et permettront le développement de l’intelligence. Ces neurones interconnectés seront utilisés à l’âge adulte pour avoir de nouvelles compétences. Quant à notre milieu social, il se doit d’être riche en stimuli. L’enfant doit constamment être en contact avec différents objets pour connaître leurs formes et usages. Chez les adolescents, l’environnement devient un terrain d’exploration pour réaliser diverses expériences. Les intelligences multiples : théorie et conseils La théorie de Howard Gardner parle de plusieurs types d’intelligence chez l’enfant ou l’être humain en général. Celle-ci est devenue un outil incontournable des éducateurs pour développer l’estime de soi des élèves et les aider à réfléchir à leur parcours scolaire. Elle définit l’intelligence comme la capacité à analyser, résoudre des problèmes et à créer une chose d’une grande utilité. Ce psychologue réfute la prééminence du QI (Quotient Intellectuel). Pour lui, nous possédons plusieurs facultés mentales. À chaque faculté est attribuée une intelligence : linguistique, logico-mathématique, musicale, visuelle spatiale, etc. Cette approche pédagogique contribue à identifier les habiletés de tout un chacun. De cette manière, les apprentissages sont personnalisés, et chacun éprouve de l’intérêt pour développer son propre potentiel. Il est donc important de pousser les enfants, à se perfectionner à quoi ils sont doués. Il faut également les aider à s’améliorer sur certaines choses qui leur paraissaient difficiles. L’intelligence émotionnelle : la dynamique du concept Les réactions affectives peuvent provoquer des troubles ou des agitations passagères. Sans les maîtriser, les gens tendent à se démotiver, ou font face à la déception. Cette réalité peut affecter le développement des facultés mentales de tout individu, notamment d’un enfant. L’intelligence émotionnelle consiste à disposer de certaines aptitudes pour contrôler ses émotions. Elle s’acquiert dès notre enfance, au sein de la famille et se renforce à l’école. De ce fait, les petits ont besoin d’une famille et d’une école pour optimiser leurs talents ou leurs habiletés (intelligences multiples). Pour y parvenir, ces deux entités doivent les aider pour qu’ils sachent s’exprimer correctement et vivre en groupe. Un enfant intelligent n’est pas celui qui a la tête pleine, mais plutôt celui...

Lire la suite
Des astuces pour mieux conserver votre bronzage après les vacances !
Août26

Des astuces pour mieux conserver votre bronzage après les vacances !

Terminé les vacances, de retour à la maison et vous vous demandiez comment conserver le plus longtemps possible ce superbe teint hâlé. Il est vrai qu’avec une peau bronzée, vous pouvez garder encore les souvenirs de vacances et booster votre moral pour reprendre vos activités quotidiennes. Nous avons des astuces pour mieux maintenir votre bronzage après les vacances. Les aliments prolongateurs de bronzage Avoir une peau à la couleur de l’été nécessite un choix pesé de votre alimentation quotidienne. Vous pouvez miser sur certains fruits et légumes pour conserver les effets du soleil. Il est facile d’identifier ces types d’aliments, car ils sont de couleur rouge ou orange. On retrouve par exemple les fraises, papayes, tomates, carottes, abricots, etc. Ils renferment une grande quantité de béta-carotène pour accroître la production de mélanine et raviver le bronzage. Rien ne vous empêche également de prendre des compléments alimentaires riches en béta-carotène. L’hydratation, l’allié d’un bronzage durable Un bronzage réussi et durable passe par une hydratation intense. N’oubliez pas que lorsque votre peau est exposée au soleil, elle sèche très vite. Il est donc très important de l’hydrater avant et après le bronzage. Pour cela, optez volontairement pour un lait ou une crème hydratante. Même si ces produits présentent des effets bénéfiques, il ne faut pas oublier de boire beaucoup d’eau avant et après votre exposition au soleil.   Le gommage : faire disparaître les cellules mortes Certains vacanciers estivants hésitent d’utiliser un gommage car ils pensent que celui-ci supprime le hâle. Alors que gommer la peau avant et après le bronzage permet d’exfolier celle-ci et d’éliminer les cellules mortes et les impuretés de l’épiderme. Sur une peau neuve, le bronzage dure plus longtemps. Pour être plus efficace, il peut être réalisé à l’aide d’une glowcup. Le gommage garantit ainsi un hâle plus éclatant et prolongé. Il faut avoir le bon réflexe d’effectuer un gommage une à deux fois par semaine sur tout le corps, comme le conseille le site http://www.glow-cup.com.  Un gommage doux est recommandé pour le visage.  ...

Lire la suite
Comment bien se tenir assis ?
Août10

Comment bien se tenir assis ?

Quand on travaille dans un bureau, on passe de longs moments assis derrière son bureau ou devant son ordinateur. Lorsque le soir arrive, les douleurs dorsales se font sentir. Ces douleurs sont tout à fait évitables. Il suffit d’adopter la bonne posture et de choisir un bon fauteuil de bureau ergonomique. La bonne hauteur Trop haut ou trop bas, c’est aussi mauvais. Le siège de bureau doit être réglé à la bonne hauteur. Pour cela, les hanches doivent être plus hautes que les genoux et le dos doit rester droit. Si vous ne pouvez pas profiter d’un fauteuil de bureau ergonomique, s’asseoir au bord du siège pour être positionné correctement compensera un peu. Le site www.direct-siege.com propose toute une gamme de sièges. N’oubliez pas de faire des pauses régulièrement. Le corps humain n’est pas conçu pour rester assis durant de longues périodes. Les pauses peuvent être courtes mais il faut en profiter pour s’étirer et marcher. Évitez les erreurs Il ne faut pas régler son siège trop bas car il y a alors une tension trop importante sur tout le bas du dos. Il ne faut pas chercher à corriger la position du dos car ce dernier va se creuser. Mieux vaut remonter l’assise du siège pour que le dos reste droit. Il ne faut pas s’asseoir au fond du fauteuil car cela fait remonter les genoux et le dos s’arrondit. Mais rien n’empêche de faire régulièrement des pauses en s’appuyant contre le dossier. Si vous travaillez sur ordinateur, le clavier doit être également à la bonne hauteur. Assis ni trop haut ni trop bas, il faut que les avant-bras forment un angle droit avec les épaules. Les mains et les poignets doivent être dans le prolongement de l’avant-bras. L’idéal est de choisir un fauteuil de bureau ergonomique qui soit largement réglable en hauteur pour s’adapter parfaitement à votre morphologie. Les pieds doivent être posés à plat au sol. Dans tous les cas, le corps a besoin de bouger de manière régulière. Faire des pauses de 45 secondes ou une minute toutes les heures est bénéfique pour l’attention comme pour la bonne santé générale....

Lire la suite
Tout sur le diabète de type 2
Juil28

Tout sur le diabète de type 2

Le diabète de type 2 se manifeste par une hausse du taux de glucose dans le sang ou hyperglycémie chronique. Cette maladie se rencontre généralement chez les adultes (à partir de la quarantaine), obèses ou en surpoids. La plupart des diabètes les plus fréquents sont de type 2 (90 %). Manifestation du diabète de type 2 La personne touchée par le diabète de type 2 a une envie fréquente de boire. Lorsqu’elle se soulage, elle évacue de l’urine en grande quantité. Elle subit également un amaigrissement rapide. Tous ces symptômes résultent de la carence en insuline, provoquée par l’absence totale de cellules pancréatiques. Ces dernières sont détruites par les cellules du système immunitaire du corps, d’où la qualification de maladie auto-immune du diabète de type 2. Cette maladie peut générer une insuffisance rénale, un trouble visuel, plaie, crampe ou diminution de la sensibilité au niveau des pieds… Les facteurs du diabète de type 2 Le diabète de type 2 touche davantage les hommes que les femmes. Plus on vieillit, plus on a de fortes chances d’être atteint par cette maladie. Cette dernière peut également être causée par le surpoids ou une importante accumulation de graisse à l’abdomen (grand tour de taille). Héréditaire, le diabète de type 2 se transmet (des fois) entre parents et enfants. Le niveau d’études, l’origine ethnique ainsi que les mauvaises habitudes alimentaires se présentent comme des facteurs directs et indirects non négligeables. Comment éviter/traiter cette maladie La prévention du diabète de type 2 se résume en un changement du train de vie : plus d’exercices physiques ! Cela doit se faire de manière régulière et répétitive pendant la semaine : marche, natation, vélo… La principale règle à suivre demeure le respect des normes diététiques et hygiéniques avec un régime hypocalorique : arrêter la consommation de sucre rapide, limiter le pain et les féculents… Il faut éviter les grignotages et prendre en compte les trois repas journaliers (collation tolérée). L’alcool ainsi que le tabac sont à...

Lire la suite
COMMENT DEVENIR OSTÉOPATHE ?
Juin16

COMMENT DEVENIR OSTÉOPATHE ?

Si vous êtes attiré par le domaine médical, si vous voulez soulager les douleurs de patients en prodiguant des soins de manière douce, si vous aimez le contact avec les autres, si vous adhérer à l’idée qu’une douleur dorsale ne peut être corrigée qu’en comprenant en compte le corps du patient dans sa globalité, alors pas de doute, le métier d’ostéopathe est fait pour vous. Petit guide du cursus à suivre pour accéder à ce métier aux multiples facettes. Quelle voie emprunter ? Différentes catégories de personnes peuvent accéder aux enseignements de l’ostéopathie : – les bacheliers titulaires d’un bac général ES, L, S ou technologique STMG, STI2D, STL, ST2S peuvent s’inscrire à temps plein dans un centre de formation en ostéopathie privé agrée par le ministère de la santé. Le recrutement se fait après l’étude des dossiers d’inscriptions et un entretien. – les titulaires d’un Diplôme d’Etat tels que les sages-femmes, les kinésithérapeutes, les pédicures-podologues, les ergothérapeutes, les chiropracteurs et les infirmiers peuvent accéder au métier d’ostéopathe en suivant une formation à temps partiel, étant dispensés de certains enseignements déjà reçu pour l’obtention de leur DE. – les titulaires d’un diplôme de médecine peuvent suivre une formation à temps plein ou à temps partiel leur permettant d’obtenir un Diplôme Interuniversitaire (DIU) de médecine manuelle – ostéopathie. Le cursus Il faut 5 années d’enseignement supérieur à temps plein pour un bachelier afin de pouvoir prétendre au diplôme d’ostéopathe, soit 4860 heures. Pendant ce cursus, l’étudiant devra valider des Unités d’Enseignement qui abordent 7 grandes thématiques parmi lesquelles : les sciences fondamentales (anatomie), les sciences humaines et sociales, la gestion et le droit, ou encore l’histoire de l’ostéopathie. En plus des connaissances théoriques, les études seront bien évidemment centrées sur l’acquisition des pratiques ostéopathiques, sur les méthodes, sur les outils de travail et sur le développement des compétences du praticien. Des stages cliniques seront à effectuer sous la direction d’ostéopathes confirmés. Après toutes ces évaluations et un mémoire de fin d’etudes validé, le diplôme d’ostéopathe sera définitivement acquis. Les études pour apprendre le métier d’ostéopathe sont intenses mais très variées. Elles touchent un grand nombre de domaines pour permettre au praticien de comprendre l’ensemble de son patient et pas uniquement sa...

Lire la suite
5 POINTS À NE PAS NÉGLIGER POUR BIEN CHOISIR SON ÉCOLE D’OSTÉOPATHIE
Juin06

5 POINTS À NE PAS NÉGLIGER POUR BIEN CHOISIR SON ÉCOLE D’OSTÉOPATHIE

En France, le nombre d’ostéopathes professionnels a plus que doublé depuis 2010. De 10 000, ils sont passés à 24 000 en 2016. Parallèlement, le niveau d’exigence pour exercer cette profession se durcit. Le choix de l’école pour se former au métier d’ostéopathe est donc capital. Voici 5 critères à ne pas négliger avant de s’engager. 1. Un diplôme reconnu Pour pouvoir prétendre au titre d’ostéopathe professionnel et exercer la profession en libéral, il est impératif d’obtenir le DO (Diplôme d’Ostéopathe). Seules les écoles agréées par le Ministère de la Santé sont autorisées à délivrer ce diplôme. De même, une certification du titre professionnel procure une valeur supérieure au diplôme. Une école dont le DO est enregistré au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) représente un gage de qualité. Cette certification facilite l’insertion professionnelle des jeunes ostéopathes et influence favorablement leur poursuite d’études universitaires. 2. Un corps professoral compétent L’équipe pédagogique est un élément déterminant dans le choix d’une école d’ostéopathie. Elle doit être composée de professionnels passionnés par leur métier, issus d’horizons variés et cherchant à faire progresser la profession. Pour un enseignement de qualité, ostéopathes reconnus, médecins, chirurgiens et enseignants chercheurs doivent se relayer pour dispenser une formation théorique, pratique et clinique de 4 860 heures minimum. 3. Un programme pédagogique professionnalisant L’apprentissage du métier d’ostéopathe passe par la théorie mais surtout par la pratique. Afin de développer la sensibilité palpatoire des étudiants dès la première année, les écoles d’ostéopathie sont tenues de proposer à leurs élèves des mises en situation fréquentes. Les deux premières années de cours sont consacrées à la théorie mais doivent introduire la pratique à l’aide de TD et d’observations de consultations. Au cours de ses 5 années de formation, le futur ostéopathe doit avoir effectué un minimum de 150 consultations. 4. Des partenariats enrichissants Pour qu’une école d’ostéopathie soit efficiente, elle doit avoir développé des partenariats stratégiques avec des associations sportives ou des hôpitaux renommés. Ce critère permet aux étudiants de se spécialiser dans un domaine et de développer leurs compétences grâce à des stages en situation réelle. Les partenariats peuvent également favoriser l’insertion des jeunes diplômés dans la profession. 5. Une infrastructure performante Avant de s’engager avec une école d’ostéopathie, l’étudiant doit s’assurer que l’école mettra à sa disposition l’équipement et les locaux nécessaires à son apprentissage. Pour un enseignement de qualité, l’école doit posséder une clinique interne disposant de nombreux box de consultation, des outils pédagogiques performants et des effectifs d’élèves et d’enseignants en rapport avec la taille de l’infrastructure. Il est intéressant également de se renseigner sur l’accessibilité de l’école en termes de transport, ainsi que de la présence...

Lire la suite