Les étapes de la fabrication traditionnelle du fromage
Juil17

Les étapes de la fabrication traditionnelle du fromage

Fabriquer un fromage de manière traditionnelle doit toujours se faire suivant les règles. Toutefois, certaines variétés de ce produit ne nécessitent pas forcément le suivi des normes à la lettre. Par ailleurs, le choix du lait à utiliser reste primordial. La qualité de cette matière première dépend du pâturage. Le caillage et l’égouttage Le caillage permet de coaguler le lait sélectionné qui provient des vaches, des chèvres ou des brebis… Lors de cette étape, le petit lait ou lactosérum et la matière gélatineuse sont séparés. Cette pâte constitue la matière de base du fromage. Dans ce procédé, les artisans utilisent de la caillette de veau ou du suc de figue, avec un dosage bien précis. Quant à l’égouttage, il peut se faire à la main (dans un linge) ou par machine. Ainsi, l’eau encore présente dans le caillé est évacuée. Le salage, le moulage et le pressage Dans le fromage, le sel joue un rôle prépondérant : il accentue le goût et agit comme un conservateur. Il est ajouté à différentes étapes de la fabrication, jusqu’à l’affinage. Sa concentration a un impact sur la souplesse du produit obtenu, sur sa texture et son goût. Après le salage vient le moulage : le fromage prend forme. Le pressage prolonge la phase de l’égouttage. Ainsi, le fromage est égoutté de manière plus forte : il est placé sous une presse. Il devient plus sec et se conserve mieux. L’affinage et le lavage L’affinage constitue une étape importante dans la fabrication du fromage. Ce produit est placé dans un milieu spécifique afin de remonter son goût et façonner sa forme définitive. En outre, cet aliment subit la protéolyse : une croûte se forme à l’extérieur et protège les divers arômes et saveurs. Cette nourriture si prisée est soumise à des tests, des sondages et des jugements. Après l’affinage vient le lavage ; les « ferments rouges » se développent mieux. Parfois, les fabricants frottent la croûte avec une liqueur, de l’eau salée ou avec différentes...

Lire la suite
S’engager dans la marine : quelle formation suivre ?
Juil02

S’engager dans la marine : quelle formation suivre ?

S’il existe en France une entité qui recrute à bras ouvert, c’est la marine. Le recrutement ne passe pas nécessairement par un concours, sauf pour l’entrée à l’école navale. Une fois sélectionné, il est important de suivre une formation pour accéder à un tel ou tel poste dans un établissement spécialisé. L’école des mousses Passer par l’école des mousses est indispensable si vous souhaitez disposer rapidement des compétences fondamentales pour devenir marin. Vous pouvez vous inscrire dans cet établissement après la classe de troisième. Pendant le cursus, vous apprendrez les fonctions d’un marin. L’enseignement s’organise autour d’une formation maritime, militaire et sportive, ainsi que sur la sécurité. L’apprentissage est ponctué par des stages. À la fin du cursus, vous obtiendrez le Brevet élémentaire de mousse. L’école des matelots L’école des matelots forme des futurs matelots de la flotte et des futurs quartiers-maîtres. La formation se déroule dans les sites de Lorient, Cherbourg ou Toulon. Elle a pour but de développer les compétences de base dans le domaine maritime, militaire et de la sécurité. Vous pouvez choisir entre plusieurs spécialités : matelot machine, matelot restauration, matelot bureautique, matelot pompier… Après la formation, les matelots sont affectés suivant la spécialité choisie. L’école navale et l’école de Maistrance Les officiers de carrière de la marine nationale française sont formés au sein de l’école navale. L’admission en 1ère année se fait par voie de concours public. La 2ème et 3ème année est accessible après une phase d’admissibilité (entretien et dossier), un concours avec épreuve orale et écrite, puis une épreuve sportive et d’aptitude générale. L’école de Maistrance est, par ailleurs, réservée aux officiers mariniers. L’apprentissage des maistranciers comprend deux phases consécutives : la formation initiale et la formation de technicien. C’est seulement après la formation initiale que les apprenants rejoignent une école pour se spécialiser. À noter qu’il existe aussi une mention complémentaire Mécatronique Navale et un Bac Pro Marine qui permet d’intégrer la...

Lire la suite
Formation culinaire : tout savoir sur les écoles de cuisine
Mai27

Formation culinaire : tout savoir sur les écoles de cuisine

Vous envisagez de vous lancer dans l’univers de la cuisine et de la restauration ? Vous voulez faire des études gastronomiques, hôtelières et culinaires ? Un cursus au sein d’une école de cuisine vous est indispensable. Ces quelques lignes vous permettront de mieux connaitre ce type d’établissement. Comment intégrer une école de cuisine ? En France, les modalités d’admission dans une école de cuisine varient en fonction de l’établissement choisi. Si certains établissements admettent sur étude de dossier, d’autres ouvrent leurs portes sur concours et entretien de motivation. Il en va même pour les coûts de formation : les frais varient selon le programme sélectionné et l’école. Plusieurs écoles de cuisine existent aujourd’hui dans l’Hexagone pour ne citer que les grands établissements comme Ferrandi et Ferrières. Il est conseillé de se renseigner directement auprès de l’institution choisie pour davantage d’informations. École de cuisine : cursus et programme Plusieurs cursus sont proposés au sein des écoles de cuisine. On peut citer le bachelor, la licence, le master sans oublier les différentes formations certifiantes. Certains établissements assurent une formation par voie d’apprentissage, mais aussi la Validation des Acquis de l’Expérience. La technique de restauration, la cuisine moléculaire, l’art de la table, la pratique culinaire et les langues vivantes sont des exemples de matières que vous aurez en école de cuisine. Les cursus sont souvent ponctués par des ateliers et des conférences sans oublier les projets individuels. Réaliser le meilleur choix d’école de cuisine Il est impératif de bien étudier les offres proposées par les écoles de cuisine afin de décider l’établissement qui vous convient le mieux. Aujourd’hui, de nombreuses formations culinaires existent en métropole. Pour certaines écoles, la formation est basée sur les techniques culinaires tandis que pour d’autres, le cursus est plutôt axé  sur le marketing et le management. Il existe également des établissements qui fonctionnent par alternance et des grandes enseignes qui possèdent un campus pouvant accueillir leurs étudiants. Effectuez alors votre choix en fonction de votre...

Lire la suite
Tout savoir sur l’équipement militaire
Fév08

Tout savoir sur l’équipement militaire

Étant donné que la situation sur terrain se transforme de jour en jour, les militaires et les forces de l’ordre qui ont besoin de matériels spécifiques se doivent d’utiliser des équipements adaptés et évolués selon la mission à faire. D’une part, ces équipements devront être compacts et solides, d’autre part ils doivent allier l’efficacité et l’aspect ergonomique. L’équipement militaire et ses avantages Robuste, ergonomique, confortable et efficace, l’équipement militaire est connu pour sa haute qualité due à la technologie de pointe des matériaux utilisés. Solide pendant le transport et l’usage, chaque élément reste facile à ranger avec leurs volumes assez réduits. L’un des plus grands avantages de ces équipements c’est la protection contre les différentes conditions météorologiques qu’ils offrent aux soldats. En effet, ils ont été conçus de manière à résister aux agressions du monde extérieur comme l’humidité, la boue, les intempéries ou encore contre les feux des camps adverses. Que comporte un équipement militaire ? Les équipements pour le campement militaire se composent généralement de matériels de première nécessité semblables à ceux dans les casernes ou des bivouacs : • l’équipement pour dormir est formé par une couverture chauffante à grande capacité thermique et pouvant envelopper le corps de la tête aux pieds, sans oublier qu’elle s’adapte aux températures extrêmes ; • l’équipement pour manger est constitué de trois pièces de couvert ainsi qu’une gamelle, une bouteille isotherme, les divers gobelets et le kit de réchaud ; • l’équipement pour le soldat se caractérise par les effets personnels avec les accessoires individuels tels que la tenue militaire, les chaussures, le couvre-chef, etc. Ces éléments sont disponibles en ligne sur des sites spécialisés comme...

Lire la suite
Quel métier exercer dans le monde de la pêche ?
Déc14

Quel métier exercer dans le monde de la pêche ?

La pêche, voilà un poids lourd de l’économie française ! Cette filière propose actuellement une multitude de métiers, aux caractéristiques bien spécifiques. Découvrez dans les lignes qui suivent les offres d’emploi dans le secteur ! La pêche, une filière en bonne santé ! Le secteur de la pêche regroupe l’ensemble d’activités halieutiques. Même si elle reste soumise aux aléas naturels, cette filière se porte très bien aujourd’hui et les rendements de pêche sont en constant accroissement. Elle est également en pleine évolution avec une approche durable. Les récents rapports de la Commission européenne peuvent d’ailleurs en témoigner. Ce secteur professionnel a notamment enregistré un bénéfice de 798 millions d’euros en 2015. Hélas, cette filière connait actuellement un manque de main-d’œuvre alors qu’elle offre de belles opportunités de carrière. La pêche est l’un des secteurs qui recrutent le plus en France avec plusieurs milliers d’emplois chaque année, preuve de sa bonne santé. Les métiers de la pêche Les métiers de la pêche sont innombrables et s’exercent dans divers secteurs. Découvrez-en quelques-uns. Patron de navire de pêche (commandant de bord) Marin pêcheur Mécanicien de navire Pêcheur à pied professionnel Guide de pêche Garde pêche Vendeur spécialisé en articles de pêche Les formations et compétences requises pour travailler dans le secteur de la pêche Pour exercer l’un des métiers de la pêche, il est impératif de suivre une formation maritime et obtenir des diplômes et certificats comme le capitaine 200, le certificat Matelot Pont, Mécanicien 250 W ou 750 W, le certificat de base à la sécurité etc… Les compétences requises pour exercer un métier de la pêche nécessitent : La maîtrise des manœuvres de navigation D’excellentes conditions physiques Un moral d’acier, un travail d’équipe, de la discipline Et bien sûr, la passion pour la pêche !  ...

Lire la suite
Concurrence déloyale : comment agir en justice ?
Oct05

Concurrence déloyale : comment agir en justice ?

La concurrence déloyale a deux conséquences majeures pour l’entreprise qui en est victime : un préjudice d’image et une perte financière. Pour agir en justice contre un concurrent qui aurait des pratiques déloyales, il faut faire appel à un avocat d’affaires à Paris afin de monter un dossier solide en concurrence déloyale (la Cour d’appel de PARIS ayant une compétence exclusive en la matière). Concurrence déloyale : pourquoi faire appel à un avocat d’affaires ? L’avocat compétent en droit commercial et/ou en droit de la concurrence, sera de bons conseils pour son client qui s’estime victime d’une concurrence déloyale. Le rôle de l’avocat est d’aider à monter un dossier le plus complet possible pour demander, devant les tribunaux compétents, réparation du dommage subi et éventuellement faire cesser les pratiques dénoncées. Bien souvent, l’axe de défense de l’entreprise attaquée est de démontrer que les produits ou services proposés ne visent pas la même clientèle, que la clientèle est venue d’elle-même vers elle ou encore que l’intention de nuire n’était pas caractérisée. Selon le Code Civil, par négligence ou pas imprudence, chacun est responsable du tort qu’il cause à autrui. Ainsi, plaider la bonne foi pour justifier un acte de concurrence déloyale ne devrait pas être retenu pour dissuader un tribunal. Cela peut cependant aider à trouver un terrain d’entente entre les parties, étant précisé que la recherche d’une solution amiable, dans tout litige, est vivement conseillée par les tribunaux. Dans ce cadre, la négociation d’un accord fait aussi partie intégrante du travail de l’avocat en droit de la concurrence.     Concurrence déloyale : comment obtenir des preuves ? Le rôle clé de l’avocat d’affaire à Paris est également d’aider dans la recherche d’éléments pertinents pour appuyer les accusations. L’entreprise qui cherche à se faire reconnaître victime de concurrence déloyale doit pouvoir en apporter la preuve. Ainsi, des ex-collaborateurs du concurrent ou des clients (communs) peuvent être sollicités pour témoigner. Plus généralement, l’acte de concurrence déloyale peut être : captation de clientèle, imitation dans les services ou produits proposés, dénigrement, confusion dans les termes utilisés, etc. et bien souvent, il peut être subtil à prouver. En présentant les faits, et éventuellement les preuves, à un avocat comme https://www.guizard-associes.com, ce dernier pourra émettre un premier avis sur les chances de succès du dossier, à savoir si effectivement il y a concurrence déloyale et dans quelles proportions.  ...

Lire la suite
Navi mag | Blog du citadin | Je Trouve, Tout en un clic !