Pourquoi investir dans les éoliennes ?
Jan10

Pourquoi investir dans les éoliennes ?

L’énergie éolienne fait partie de la grande famille des énergies renouvelables. Cette énergie propre permet d’alimenter le réseau électrique tout en remplaçant les énergies fossiles. Les parcs éoliens sont donc à la fois bons pour l’environnement et pour le portefeuille ! En effet, investir dans les éoliennes est une solution intéressante pour se constituer un revenu complémentaire de façon pérenne. Découvrez les atouts de ce type de placement. Comment fonctionne une éolienne ? Grâce à d’immenses pales, l’éolienne s’active dès que le vent atteint 30 km/h et s’arrête dès 100 km/h. Les pales tournent et activent un rotor. Le courant alternatif créé passe par un transformateur afin de pouvoir être distribué dans l’ensemble du réseau. Le courant revendu aux fournisseurs d’électricité permet d’obtenir des revenus réguliers. Situation des éoliennes en France Les éoliennes représentent 5 % de la production d’électricité sur le territoire français. D’ici 2030, le gouvernement compte augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à hauteur de 32 %. Avec 7 parcs offshore et 6500 éoliennes, l’éolien français est voué à se déployer davantage. Actuellement, en Picardie, 74 % de l’électricité de la région est générée par les éoliennes, particulièrement développées sur le territoire. On trouve également de nombreuses éoliennes en Occitanie et dans le Grand-Est. En bref, investir dans les éoliennes en France, c’est miser sur un secteur en pleine expansion. Un investissement rentable et pérenne La rentabilité des éoliennes n’est plus à démontrer. En effet, sur un placement de 20 ans, on observe une rentabilité de 10 à 20 %. Les progrès techniques ont permis d’augmenter le rendement des nouvelles éoliennes dont les coûts d’entretien diminuent. Il en va de même concernant le prix d’achat. Grâce aux différentes solutions de financement proposées par les conseillers financiers en ENRs, investir dans les éoliennes n’a jamais été aussi simple...

Lire la suite
Immobilier : les tendances relevées en période Covid
Jan08

Immobilier : les tendances relevées en période Covid

L’évolution de l’immobilier depuis 2020, c’est-à-dire depuis l’arrivée de la Covid-19 sur notre territoire est marquée par certaines périodes de ralentissement. Pour autant, les transactions concernant la vente de biens ne se sont pas arrêtées durant la crise, notamment dans l’ancien. Confinements, distanciation sociale : les faits marquants et leur impact Durant les différentes périodes de confinement, les agences immobilières ont dû s’adapter en créant par exemple des sites internet et en proposant des visites virtuelles. En attendant de pouvoir se rendre sur place, les acheteurs potentiels pouvaient donc se projeter en visionnant chaque pièce, intérieurs et extérieurs en ligne, dans chaque recoin et sous tous les angles, ce qui leur a permis de gagner un temps précieux.Cette présence en ligne a également permis aux agents expérimentés d’apporter des conseils en finance et en immobilier à leurs clients après la souscription des mandats de vente. Quels sont les chiffres de l’immobilier en 2020 et 2021 ? Les transactions connaissent un regain d’activité depuis le premier trimestre 2021 selon les Notaires de France : le pouvoir d’achat immobilier des ménages serait même supérieur en 2021 par-rapport à l’année précédente. Ce constat montre simplement que la crise économique qui accompagne la pandémie n’influe que très peu sur les achats dans l’ancien.Concernant l’immobilier neuf, les activités dans le secteur ont été à l’arrêt durant le premier confinement. Les chantiers ont pris du retard, ce qui explique la baisse du nombre de transactions en 2020.Les prix de l’immobilier continuent à grimper que ce soit en Île-de-France ou dans les grandes métropoles françaises comme Lyon ou Lille. Dernier constant, les villes moyennes proches de la mer ou des parcs naturels attirent de plus en plus : les nouveaux acheteurs recherchent un cadre environnemental...

Lire la suite
Comment trouver un cours d’ébénisterie ?
Déc27

Comment trouver un cours d’ébénisterie ?

Reconversion professionnelle, parenthèse dans une carrière, ou simplement envie d’explorer un métier pour lequel on a toujours été fasciné, il existe de multiples raisons pour lesquelles on peut être amené à se mettre en quête d’un cours d’ébénisterie. En formation initiale, les CAP et le bac professionnel sont assez clairement fléchés, il n’en va pas de même pour la formation en cours de vie. Alors, comment trouver une formation en ébénisterie accessible à tout âge, et vers quel format se tourner ? Une formation en ébénisterie : définir son objectif Avant de se mettre en quête d’une école ou d’un cours d’ébénisterie sur internet, vous devez impérativement vous interroger sur vos objectifs en matière de formation, et surtout à l’issue de votre formation. Envisagez-vous un changement complet de carrière au profit de ce métier ? Souhaitez-vous simplement mettre à profit un temps libre pour apprendre un savoir-faire précieux, sans forcément envisager d’en faire une profession ? Ou votre objectif final est-il carrément de créer votre entreprise en ébénisterie et d’en faire votre métier principal ? En fonction des réponses à ces questions, vous trouverez plusieurs offres de formation plus ou moins adaptées à vos besoins, depuis l’atelier d’initiation ponctuel chez un artisan local, jusqu’au cursus de formation en ébénisterie de six mois à un an, dans le cadre d’une école certifiée. Les trois règles d’un bon cours d’ébénisterie : la pratique, la pratique, la pratique Quel que soit le type de formation en ébénisterie que vous recherchez, il est une chose absolument certaine, c’est que l’ébénisterie s’apprend avec la tête autant qu’avec les mains. Explorez donc attentivement les livrets de présentation des cours en ébénisterie proposés par les différentes écoles et instituts, et assurez-vous que la grande majorité du temps de formation soit consacré à la pratique en atelier. Si vous en avez la possibilité, rendez vous dans ces établissements, et allez constater sur place que des équipements et postes de travail sont effectivement disponibles pour tous les élèves, en nombre...

Lire la suite
Faire sa propre couronne de fleurs
Nov12

Faire sa propre couronne de fleurs

Vous pouvez concevoir vous-même la couronne de fleurs qui ajoutera une touche féminine à votre tenue lors d’un mariage bohème ou d’une garden-party. Il suffit d’utiliser les fleurs de saison et de vous équiper des bons outils pour réussir votre projet DIY. Votre couronne de fleurs peut être fabriquée selon les matériels que vous avez sous la main. Avec un fil de fer Si vous voulez fabriquer une couronne de fleurs solide et stable, il est conseillé d’utiliser une base en fil de fer. Pour cela, vous devez mesurer votre tour de tête en ajoutant une marge de 5 cm. Il faut découper le fil de fer correspondant à cette mesure. Après, vous devez former un cercle avec le fil et joindre les extrémités sur 2,5 cm. Il est conseillé d’enrouler du ruban de fleuriste autour des extrémités pour les fixer. Pour composer votre couronne, il suffit d’attacher une fleur sur le fil à l’aide d’un ruban de fleuriste. La méthode de la couronne tressée Pour cette fois, il est essentiel de choisir des fleurs ayant des tiges fines et flexibles (8 cm de long au moins). Vous pouvez par exemple opter pour les pâquerettes, les pissenlits ou encore la lavande. Il faut couper les fleurs de façon à ce que les tiges aient la même longueur. Vous prenez ensuite trois fleurs et vous attachez avec un morceau de fil. Vous procéderez par la suite au tressage en entrelaçant les tiges les uns par-dessus les autres. En ajoutant les fleurs au fur et à mesure de votre manœuvre, vous arriverez à avoir une belle couronne. Utiliser un serre-tête Vous pouvez utiliser un serre-tête en plastique ou en métal comme base pour faire votre couronne de fleurs. Vous devez enrouler un ruban sur ce serre-tête pour masquer sa couleur. Les fleurs artificielles sont plus adaptées à cette méthode. Leurs tiges doivent être coupées aussi près que possible de la base des fleurs. Vous n’avez plus qu’à coller les fleurs les unes après les autres sur le serre-tête à l’aide d’une colle chaude. Il est conseillé de combler tous les espaces vides avec une fleur pour un meilleur...

Lire la suite
Comment réussir la cuisson du boudin blanc à tous les coups ?
Oct12

Comment réussir la cuisson du boudin blanc à tous les coups ?

Qu’il s’agisse de boudin blanc aux pommes ou qu’il soit préparé avec de la crème et des champignons, en salade ou avec des oignons, le boudin blanc est synonyme de repas savoureux et conviviaux. Mais pour l’apprécier pleinement, vous devez maîtriser la cuisson du boudin blanc, qui pourra être réalisée de différentes façons. Cuisson du boudin blanc au four Pour préparer du boudin blanc cuit au coeur et obtenir une tendreté idéale, l’une des meilleures solutions est de faire cuire le boudin au four. Pour cela, vous devez au préalable piquer le boudin blanc avec la pointe d’un couteau ou une fourchette, de façon à ce qu’il n’éclate pas durant la cuisson. Choisissez un plat à four et placez la garniture au fond. Selon la recette, il pourra s’agir de pommes, d’oignons, de champignons ou encore de poires. Placez ensuite les boudins entiers au-dessus, de manière à ce que le jus coule sur la garniture. Deux noisettes de beurre seront placées sur les boudins. Enfournez à 180°C pendant une vingtaine de minutes. C’est prêt ! Cuisson du boudin blanc à la poêle Cuit à la poêle, le boudin blanc gagne en croquant et en couleur. Vous pourrez, au choix, découper le boudin en tranches afin de le faire dorer ou opter pour la cuisson du boudin blanc entier. Dans les deux cas, vous devrez retirer le boyau du boudin en le plongeant, une fois piqué, dans une casserole d’eau. Lorsque l’eau frémit, attendez 5 minutes, puis égouttez le boudin. Vous pourrez alors enlever le boyau facilement. Mettez une noisette de beurre dans la poêle et laissez fondre avant de verser les tranches ou le boudin blanc entier. Quelques minutes suffisent dans le premier cas. Dans l’autre, faites dorer le boudin de chaque côté avant de le couvrir. Laissez alors le boudin cuire à feu doux pendant 10 minutes. Le boudin blanc à réchauffer : une alternative pratique et facile Vous manquez de temps ou ne disposez pas de l’assaisonnement nécessaire à la cuisson du boudin blanc ? Le plus simple est de choisir un produit déjà préparé. Chez Madrange, vous trouverez par exemple du boudin blanc au Porto facile à réchauffer. Une solution idéale pour des repas rapides à élaborer, pour un résultat impeccable et un plat...

Lire la suite
Voyage et Covid-19 : Mis à jour de liste des pays « vert », « orange » et « rouge »
Sep03

Voyage et Covid-19 : Mis à jour de liste des pays « vert », « orange » et « rouge »

Il est indispensable pour tout voyageur de consulter les mesures sanitaires applicables en fonction de la liste des pays « vert », « orange » et « rouge ». Cette dernière vient justement d’être actualisée. Le Président de la République Française, Emmanuel Macron, l’a annoncée lors de sa dernière allocution, le 15 juillet dernier. Les pays classés en « vert » Dans cette liste figurent principalement les pays de l’espace européen, notamment l’Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, Saint-Siège, la Suisse et les autres pays membres de l’Union européenne. À ces Nations s’ajoutent Vanuatu, Taïwan, Singapour, Serbie, Nouvelle-Zélande, Macédoine du Nord, Liban, Kosovo, Japon, Israël, Hong Kong, États-Unis, Corée du Sud, Canada, Bosnie, Arabie Saoudite et Albanie. Plus aucun motif impérieux ne vous sera exigé si vous arrivez de ces pays sus-cités. Aussi, vous n’aurez plus à fournir une preuve de test PCR ou antigénique négatif. Quels sont les pays « orange » ? Le code « orange » signifie que le virus est maîtrisé. Il faut tout de même être prudent parce que cette couleur annonce qu’il circule encore. La liste intègre les pays du Maghreb, notamment l’Algérie et le Maroc, ainsi que les autres pays ne se trouvant pas dans le répertoire des pays « rouge » et « vert ». Les touristes, bien qu’ils soient vaccinés, doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72h. Pour la France, les personnes non vaccinées ne peuvent y entrer que pour un motif impérieux. Elles sont soumises à une auto-isolation durant 7 jours et doivent fournir un test antigénique de moins de 48h ainsi qu’un test PCR de moins de 72h. Qu’en est-il des pays catégorisés « rouge » ? Il est important de préciser qu’au sein des pays « rouge », les virus circulent encore activement. Il faut également noter la présence des variantes qui reste très préoccupante. Bien que ce ne soit pas interdit, il est fortement conseillé de ne pas voyager dans ces pays. Il s’agit de Zambie, d’Uruguay, de la République démocratique du Congo, du Paraguay, du Pakistan, d’Oman, du Népal, de la Namibie, du Mozambique, des Maldives, d’Indonésie, d’Inde, de Cuba, du Costa Rica, de la Colombie, du Chili, du Brésil, de la Bolivie, du Bangladesh, de Bahreïn, d’Argentine, d’Afrique du Sud et d’Afghanistan. Les voyageurs ne peuvent y aller que pour des raisons...

Lire la suite
Domotiki | Guide d'achat du web | Generalia