Comment organiser une exposition photo ?
Fév06

Comment organiser une exposition photo ?

Vous êtes photographe et vous cherchez à mettre vos œuvres en avant, avez-vous pensé à faire une exposition de vos photos ? Idéal pour se faire connaître, gagner en visibilité, et vendre son travail, l’exposition photo est une manière accessible de se créer un nom dans le domaine de la photographie. Mais avant de vous lancer, on vous explique comment créer sa propre exposition photo. Créer son exposition photo est accessible à tous, néanmoins, elle demande un minimum d’investissement en temps et en argent. Il vous faut d’abord définir un budget qui comprendra la production, la communication ainsi que vos déplacements. Voici quelques points clés à respecter : – Adopter une thématique toutes les photos doivent suivre la même trame (par exemple : essentiellement animalier, un code couleur respecté ou encore une exposition en noir et blanc). – Décrire vos photos chaque photo doit afficher un titre, une description et parfois l’endroit où elle a été capturée. Imprimer, de préférence chez un professionnel car la qualité d’impression est primordiale. – S’informer sur la législation concernant le droit à l’image et le respect du droit d’auteur. Le photographe doit être en mesure de démontrer l’originalité de son œuvre. – Choisir le lieu d’exposition Vos photos peuvent-être exposées dans une galerie publique ou un salon d’exposition mais aussi plus simplement dans un bar, restaurant, commerce ou encore un magasin culturel. Tout dépend de la visibilité et du coût engagé. – Le matériel à apporter disposez-vous de modèles de grille pour exposition photo, d’étagères murales de vitrines ? Vos photos devront-elle être fixées au mur avec des punaises ou du scotch ? Sur quel support allez-vous afficher vos photos? Souple ou rigide, sous-verre ou encadré, blanc ou noir ? Le matériel d’exposition va montrer le soin que vous apporterez à votre travail. Vous pourrez vous fournir en ligne, auprès de site comme grille-exposition.fr. – Fixer la date de l’exposition et la communiquer au plus grand nombre Désormais, il ne vous reste plus qu’à mettre vos compétences de commercial en avant. Et n’oubliez pas de préparer des cartels de présentation et votre livre d’or...

Lire la suite
Le chapelier : celui qui fabrique vos chapeaux
Sep26

Le chapelier : celui qui fabrique vos chapeaux

Le chapeau existe depuis l’Antiquité. Au fil des siècles, ce couvre-chef a arboré plusieurs formes. Si au départ il servait d’élément distinctif d’une certaine classe sociale, il est aujourd’hui un article de mode incontournable. Cependant, un élément du chapeau n’a pas changé avec le temps : son fabricant. En effet, celui-ci se fait connaître sous le nom de chapelier. Le chapelier à travers l’histoire Les chapeliers officient dès l’apparition des tout premiers chapeaux. Néanmoins, ce métier ne commence à être reconnu comme tel qu’à partir du Moyen-âge. À cette époque, on pouvait retrouver des chapeliers de fleurs, de coton ou encore de paon, ou encore de feutre. Tous étaient spécialisés dans un type de chapeau bien spécifique, d’où leur appellation. Vers 1268, la profession de chapelier était homologuée par le Prévôt de Paris. Aujourd’hui, cet art est pratiqué par une poignée de gens au talent incomparable. Les qualités requises pour être chapelier ? Pour devenir chapelier, il est nécessaire d’avoir de la créativité. En effet, la conception d’un chapeau fait intervenir l’imagination. Cette qualité va de pair avec le sens artistique, car il s’agit d’élaborer une œuvre d’art. Bien sûr, il faut qu’il soit réceptif aux besoins des clients pour réaliser les modèles commandés. De plus, le chapelier se doit d’être habile de ses mains et minutieux. Il doit être attentif aux moindres détails et être perfectionniste. Il doit également maîtriser divers matériaux tels que le feutre, le cuir, le synthétique, la paille… La connaissance des techniques : drapage, repiquage, entoilage, matelassage… serait un plus pour réaliser un large panel de chapeaux. Les écoles de formations pour être chapelier Une option s’offre à celui ou celle qui veut faire de la confection de chapeaux sa profession. Après le collège, il est préférable d’intégrer la seconde professionnelle. Ensuite, l’intéressé devra décrocher un CAP métier de la mode modiste. L’autre alternative est d’obtenir un Bac pro métier de la mode avec option vêtement. Sinon, une préparation d’un an au sein de la Formation Complémentaire d’Initiative Locale (FCIL) est à...

Lire la suite
Lily McMenamy, se lance dans le mime
Août22

Lily McMenamy, se lance dans le mime

Une mannequin tendance, une actrice montante et pleine d’avenir, Lily McMenamy a fait sa célébrité dans le film A Bigger Splash. En ce moment, elle se lance dans le mime. Une manière pour elle de découvrir ses limites corporelles et de s’exprimer plus efficacement. Actuellement, elle étudie le mime dans une école où elle passe huit heures par jour. Sensualité sous une autre forme Sa première apparition était dans le fameux film A Bigger Splash réalisé par Luca Guadagnino. Nouvelle version de La Piscine réalisée par Jacques Deray, ce film a pris une autre forme avec sa participation. Lily qui est considérée comme un élément agitateur, tout à fait inexistante dans le film de Jacques. Elle, Guadagnino l’a rencontré dans un défilé à Milan. Le réalisateur a senti qu’elle peut très bien apporter une sensualité tout à fait différente. Un côté « tribu » C’est vrai que Lily appartenait à sa tribu. Elle a vécu un « esprit tribu » dans une compagnie théâtrale privée à Berlin où elle était membre. Et le film, c’est dans la veine de la famille, car sa mère Kristen McMenamy jouait dans « The Muse », c’est une célébrité des années 90. Par contre, Hubert Boukobza, son père, c’est le roi des Bains Douches des années 80. Actuellement, la fille trouve son chemin dans le mime, le film et le mannequinat conseillé par sa mère. Une exhibition dans la pudeur Lily n’est pas du genre à se laisser aller dans une mode « à l’extrême ». Elle reste toujours pudique et saine face à la mode et aux styles. Pour preuve, lors de son shooting avec son photographe préféré Juergen Teller, on lui a demandé de se déshabiller et elle a tout de suite refusé. Elle avoue qu’elle a un côté « showgirl » mais se lancer dans la nudité dans un film, cela demande une bonne raison et de meilleurs...

Lire la suite
Le « Dab » envahit le net et la rue
Août20

Le « Dab » envahit le net et la rue

Après le Twerk, le Nae Nae, c’est maintenant au « dab » ou « Dabbing » de faire le tour du web. Ce pas de danse compte de plus en plus d’adeptes dans le monde entier. Le « dabbing fever » ne laisse personne indifférent que ce soit les sportifs, les acteurs ou les gens ordinaires. Une origine méconnue Le « dabbing » consiste à plier votre bras, élancer l’autre puis cacher votre visage au creux du bras plié, rien de plus simple. Ce pendant, ce n’est que le mouvement de base, vous pouvez l’associer à d’autres styles de danse ou carrément basculer en mode free-style. Les rappeurs d’Atlanta en Amérique sont considérés comme les premiers précurseurs du Dab Dance. Mais avant même que ce pas de danse fût baptisé « Dab », plusieurs chanteurs ont déjà dabbé sans s’en apercevoir en 2014. « Dab », un nom qui fait allusion à la consommation de drogue Dabbing est un mot argot venu tout droit de l’outre atlantique qui signifie fumer les vapeurs d’huile de Cannabis. Une tout autre façon de planer plus vite au septième ciel jusqu’à ne plus marcher correctement. De ce fait, ce pas de danse imite un peu la démarche des personnes sous effet de la drogue. Cela n’empêche tout de même pas les stars de « Dabber » durant leurs sorties médiatiques. Parmi les célébrités partisanes de cette danse devenue virale, on retrouve le trio Migos, la chanteuse Rihanna, Kendrick Lamar, Snoop Dog… et la liste est encore longue. La danse de la victoire chez les sportifs Décidément, rien n’échappe à ces sportifs que ce soit le mannequin challenge, l’Ice Bucket, l’Arlem Shake mais également le Dab. De plus en plus d’athlètes exécutent ce pas de danse pour fêter une victoire, célébrer un but, après un Dunk ou un Smash. Le Dab de Paul Pogba, la Star du foot français a même été sujet d’un exercice de Mathématiques au collège, juste pour dire à quel point c’est célèbre. Le Bron James, ou king James pour les fans du Basket a fait de cette danse sa marque de fabrique....

Lire la suite
La voyance à travers les siècles
Juil10

La voyance à travers les siècles

Des questions sur son couple, sur sa santé ou celle d’un membre de sa famille, sur son travail… pour avoir des réponses à ces questions certaines personnes vont consulter une voyante médium. Une démarche qui ne date pas du XXIe siècle. La Pythie de Delphes dans l’antiquité Dans la Grèce antique, la voyance était rattachée aux Dieux. Lors des prières, et par l’intermédiaires des augures, ils accordaient des révélations. La Pythie était une sorte de voyante médium de l’Antiquité. Elle était la prêtresse d’Apollon. La demande augmentant, il y aurait eu trois Pythie différentes. Les consultations se faisaient une fois par mois à partir du VIe siècle avant J-C (1 fois par an avant). Les  consultants devaient payer une taxe (pélanos), et amener des animaux pour les sacrifices et le banquet. Beaucoup de politiciens l’auraient fréquemment consultée. Interdira les cultes païens. Aujourd’hui, il est émis l’hypothèse que la Pythie était placée à un endroit où s’échappaient des vapeurs de dioxyde de carbone, de méthane et éthane, ce qui lui aurait donné des hallucinations. Du Moyen-Age au XIXe siècle : un changement radical Dans l’Europe Chrétienne, la voyance été assimilée à la sorcellerie. L’Etat faisait brûler les personnes ayant un don. Elles étaient qualifiées de “sorcières”. Les personnes en état de transe étaient considérées comme possédées. Elles étaient alors exorcisées. Au XIXe siècle, la voyance devient une profession. Sa définition reste flou : voyance, magnétisme, illusionnisme, consultation ou spectacle, tout se côtoie et se mélange. D’ailleurs, l’astrologie est également intimement liée à la voyance et ce depuis des siècles. La voyante médium pratiquera essentiellement la chiromancie et la tarologie. La voyance au XXIe siècle Au XXIe siècle la voyance au sens large est présente partout. Les horoscopes sont dans tous les magazines, des applications smartphone y sont dédiées. Voyante, médium sont régulièrement invités sur les plateaux de télévision. Tout un chacun peut prendre rendez-vous avec une voyante pour une consultation. Contrairement au Moyen-Age, c’est devenu un acte tout à fait “normal”. Comme pour toutes les professions il existe des sites de voyance en...

Lire la suite
Découvrir les différents aspects de la culture et tradition malgache
Juin26

Découvrir les différents aspects de la culture et tradition malgache

Madagascar est un pays plein de charme à découvrir absolument. Nombreux sont les touristes qui y viennent en quête d’aventure et de découverte culturelle. Mais pour en apprendre davantage sur les richesses de ce pays, il est conseillé de prendre un guide touristique malgache. Ce dernier vous montrera les principaux attraits de la grande île. Ci-dessous, un avant-goût de ce qui vous attend lors d’un voyage de découverte à Madagascar. Le riz Durant votre séjour à Madagascar, vous allez découvrir ses différentes facettes, à commencer par le riz ou « vary ». Lorsqu’on parle de la culture malgache, le thème du vary est toujours évoqué. En effet, le pays vit essentiellement au rythme de la riziculture qui se fait durant le mois de décembre ou janvier et le mois d’avril, car les Malgaches mangent du riz du matin au soir. Vous verrez presque tout au long de votre voyage des paysages comprenant de petites rizières. Surtout en région Betsileo, dans la partie sud des hautes terres malgaches. Le zébu Le zébu, appelé aussi « omby », fait partie des animaux importants du pays comme le lémurien, la tortue terrestre ou encore l’oiseau vintsy. Au-delà de la viande qu’il procure, le simple fait d’avoir en sa possession, pas un mais des zébus, est traditionnellement synonyme de richesse. Dans certaines ethnies, un garçon ne devient un homme qu’après avoir eu son premier zébu. Ce bovidé tient un rôle indispensable dans la vie des Malgaches, de la naissance jusqu’aux funérailles et est présent dans de nombreuses cérémonies. Les zébus sont également associés aux travaux des champs ou bien utilisés comme moyen de transport écologique, la charrette à zébu. Les loisirs traditionnels malgaches Que ce soit dans les grandes villes ou dans les villages de campagne et de « brousse », vous surprendrez des Malgaches jouant aux cartes (rami, belote), aux dominos ou au loto. Plus traditionnel et officiel, il y a le Fanorona qui se pratique surtout dans les hautes terres. C’est un jeu de stratégie entre le jeu de Go et le jeu de Dames. En addition, il faut citer le Moraingy qui est une lutte traditionnelle attirant beaucoup de monde. Les tournois sont suivis de musique et de danse créant une ambiance chaude. Admirez aussi de jeunes adolescents qui vous montreront leur bravoure pendant un « Savika ». C’est une sorte de corrida qui consiste à s’accrocher à la bosse d’un zébu. Vous pouvez assister à ces représentations, notamment à Fianarantsoa, dans la région Betsileo. Les événements culturels à Madagascar À Madagascar, on organise de nombreuses fêtes de tout genre. Il suffit de savoir quand et où se déroulent ces événements festifs. Parmi les...

Lire la suite
Arobase | Blog du citadin | Le guide sympa