Mieux comprendre le cycle menstruel
Jan18

Mieux comprendre le cycle menstruel

Rythmant la vie des femmes depuis la puberté jusqu’à la ménopause, le cycle menstruel est parfois mal compris. Quand commence-t-il et quelles sont ses étapes ? Combien de temps dure-t-il ? Et quelles sont les hormones en jeu ? Le point sur le cycle féminin. La phase folliculaire, première phase du cycle menstruel Le cycle menstruel se compose de deux phases distinctes : la phase folliculaire et la phase lutéale. Par convention, on considère qu’un cycle débute au premier jour des règles. Celles-ci durent en moyenne cinq jours et inaugurent la phase folliculaire : grâce aux œstrogènes produits par l’ovaire, la muqueuse utérine s’épaissit pour pouvoir accueillir un éventuel embryon. Dans le même temps, un ovocyte mûrit dans son follicule ovarien (petit sac situé dans l’ovaire) afin de devenir un ovule. Enfin, la glaire cervicale se fluidifie, offrant un environnement plus favorable aux spermatozoïdes. La phase folliculaire s’achève avec l’ovulation. La phase lutéale Après l’ovulation débute la deuxième phase du cycle féminin, appelée phase lutéale. Durant celle-ci, le follicule qui contenait l’ovocyte dégénère : il se mue en corps jaune et commence à sécréter de la progestérone, une hormone essentielle pour préparer la muqueuse utérine à accueillir un embryon. Au bout de dix jours environ, si l’ovule n’a pas été fécondé, le corps jaune disparaît. Par ailleurs, le taux de progestérone diminue, avec pour conséquence le retour des règles, c’est-à-dire la destruction de la muqueuse utérine en excès : c’est le début d’un nouveau cycle menstruel. Combien de temps dure le cycle féminin ? En principe, le cycle menstruel s’étend sur 28 jours. Mais en réalité, sa longueur varie sensiblement d’une femme à l’autre, voire d’un mois sur l’autre chez une même femme. Certains facteurs peuvent en effet retarder l’ovulation, comme le stress, une forte perte de poids ou une activité physique très intense. En général, l’ovule est donc libéré 10 et 18 jours après le début des règles. De plus, la durée de la phase lutéale peut varier de la même façon. Selon les cas, un cycle complet dure ainsi entre trois semaines et un mois et demi. S’il est très court ou très long, la fertilité peut malheureusement diminuer. Propre à chaque femme par sa longueur, le cycle menstruel comporte donc toujours les mêmes phases : la phase folliculaire, qui précède l’ovulation, et la phase lutéale, qui ramène les règles, point de départ de chaque cycle. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nous vous recommandons de consulter l’article paru sur Herloop :...

Lire la suite
Quid du stress post-traumatique ?
Oct26

Quid du stress post-traumatique ?

Le trouble ou l’état de stress post-traumatique se manifeste à la suite d’un fait traumatisant. Cela peut être un accident, une agression, une circonstance relative à la mort… Dans la pratique, ces troubles se manifestent par des sensations de peur ou de stress intense. Les manifestations Dans le cadre d’un trouble post-traumatique, le patient a la sensation de revivre les évènements qui le perturbent. Au quotidien, cela se manifeste par des souvenirs harcelants, des insomnies, des flashbacks… Il existe toujours un objet se rapportant aux faits, tels que des photos, des lieux… Les pertes de mémoire ou le manque de concentration font également partie des symptômes de cette pathologie. Cette dernière est également responsable des émotions négatives comme la peur ou la tristesse. Les soins Certaines personnes parviennent à se rétablir d’elles-mêmes sans avoir recours à un quelconque soin. Par la suite, ces individus ne développent par de trouble de stress post-traumatique. En cas de persistance des symptômes, il faut consulter un médecin. La personne risque de faire des dépressions ou de devenir indépendante à des substances. La thérapie peut être cognitive ou comportementale. Le traitement se base sur des antidépresseurs ou des anxiolytiques en cas de troubles graves. Les conséquences en cas de non-traitement de la maladie Le patient atteint de trouble post-traumatique risque de perdre de l’enthousiasme au quotidien et ne trouvera d’intérêt en rien. Ceci peut entraîner l’anxiété qui se transformera rapidement en dépression avec le temps. Puis l’individu sombre dans un état de dépression, plus il se tiendra ou sera tenu à l’écart de la société et deviendra un marginal. Dans ce cas, les risques de suicide augmentent de 15...

Lire la suite
Comment apaiser les troubles liés à l’eczéma ?
Mai19

Comment apaiser les troubles liés à l’eczéma ?

L’eczéma n’est pas une maladie à proprement parler. Il s’agit en fait d’un symptôme qui peut être lié à plusieurs types de maux ou de maladies. Il se caractérise par l’apparition d’inflammations sur la peau, à différents endroits du corps. Une maladie qui peut frapper n’importe qui L’eczéma peut apparaître du jour au lendemain. On ressent en général une forte démangeaison à un endroit précis du corps. Cela peut être sur les mains, sur les pieds, sur la nuque ou encore sur le visage. Des plaques rouges se développent alors à cet endroit précis, sous la forme de prurit ou d’érythème, et entraînent parfois des éruptions cutanées plus ou moins graves. Parfois, l’eczéma disparaît au bout de quelques jours seulement, laissant des petites cloques sur la peau. Parfois, l’eczéma peut se révéler chronique et revenir pendant plusieurs années, provoquant un épaississement de la peau. La taille des plaques d’eczéma peut varier, de quelques centimètres carrés au corps tout entier dans certains cas extrêmes. Il existe des crèmes à base de cortisone qui sont préconisées afin de traiter les plaques. Un magnétiseur pour apaiser les démangeaisons Il est difficile de soigner définitivement l’eczéma. La science ne permet pas toujours de déterminer à coup sûr son origine. En général, on s’accorde pour dire que son apparition est liée à une période de stress intense, même si certaines études récentes ont montré qu’il pouvait être lié à des facteurs environnementaux, comme des bactéries ou de la pollution. Différentes méthodes peuvent aider les patients atteints d’eczéma à atténuer leurs démangeaisons de façon radicale. Parmi elles, faire appel à un magnétiseur pour l’eczéma peut avoir des effets très positifs. En quelques séances seulement, certaines personnes ne ressentent plus du tout de démangeaisons. Pour plus d’informations consultez le site...

Lire la suite
Les conseils à retenir pour l’allaitement
Avr03

Les conseils à retenir pour l’allaitement

Selon les dernières statistiques, une française sur deux a recours à l’allaitement, mais bien souvent, un manque d’information aboutit à son abandon. Il est primordial de prendre les bonnes informations dès le départ, afin d’éviter certains désagréments. Démarrer l’allaitement dès la naissance En donnant le sein à votre bébé le plus tôt possible, vous lui apprenez les bons réflexes mais cela vous pousse également à adopter la bonne posture. Faites-vous aider à la maternité par le personnel soignant à votre disposition, ils seront capables de vous donner des conseils très précieux et surtout vous aideront à trouver la posture la plus appropriée. Des mamelons douloureux arrivent fréquemment, l’hypersensibilité de votre poitrine n’est pas forcément la cause, mais plutôt à une mauvaise position de l’enfant. Le bébé doit se tenir face à vous, avec la bouche grande ouverte pour être capable d’englober au maximum le mamelon. Bien que ce geste puisse paraître anodin, à force de répétition s’il n’est pas exécuté correctement, il peut occasionner des gênes importantes liées à des douleurs sur les mamelons. Utiliser du matériel adapté à l’allaitement Certains objets amélioreront ostensiblement votre confort, bien qu’en aucun leur acquisition est obligatoire. Le recours à des huiles compatibles ou à certaines crèmes à la lanoline est recommandé, pour éviter la formation des crevasses ou des gerçures. L’utilisation de coussinets allaitement, qu’ils soient lavables ou jetables permettront une meilleure posture de votre dos. C’est un accessoire qui deviendra vite indispensable grâce au confort qu’il procure au moment de la tétée. Vous pouvez également coupler le coussinet allaitement avec une brassière confortable. La combinaison des deux éléments assure un excellent maintien au cours de la poussée de lait. Ces accessoires peuvent se trouver sur le site https://www.lansinoh.fr. En suivant ces différents conseils, l’allaitement de votre bébé se déroulera dans les meilleures...

Lire la suite
Réveil en pleine nuit ou trop tôt le matin : comment se rendormir?
Fév24

Réveil en pleine nuit ou trop tôt le matin : comment se rendormir?

Tout le monde peut se réveiller une ou deux fois dans la nuit ou trop tôt le matin (entre 1h et 4h). Mais si vous ne parvenez pas à vous rendormir rapidement, votre sommeil sera insuffisant et vous souffrirez d’un manque d’énergie le matin. Pour ce faire, sachez ce qui vous réveille afin de pouvoir résoudre le problème et retrouver le sommeil. Comprendre les étapes du sommeil En général, les adultes devraient avoir un sommeil de 7 à 9 heures chaque nuit pour un bien-être optimal et une parfaite récupération au réveil. Cette période se divise en différentes étapes à savoir le sommeil léger, profond et à mouvements oculaires rapides (MOR), lorsque vous rêvez. Vous passerez par ces étapes plusieurs fois durant la nuit. Vous êtes parfois plongé dans un sommeil profond tôt dans la nuit. Au petit matin, vous êtes principalement en MOR et en sommeil plus léger, donc tout bruit ou autre chose vous réveillera plus facilement. https://www.doctissimo.fr/html/psychologie/bien_dormir/ps_6205_sommeil_cycles.htm Adoptez les bonnes habitudes Ne buvez plus de café ou toute autre boisson contenant de la caféine l’après-midi. Essayez d’apaiser votre stress, votre colère ou vos émotions fortes avant de vous coucher. Dormez dans une pièce calme et éteignez la lumière. Tout cela devrait allonger votre temps de sommeil. Mais que faire quand vous ne parvenez pas à trouver le sommeil dans les 20 minutes après votre réveil nocturne ? La relaxation Si vous ne parvenez toujours pas à vous rendormir, faites quelque chose d’anodin comme penser à des scènes de films, réciter des poèmes ou chantonner dans la tête… Afin de réduire le niveau de stress, vous pouvez aussi effectuer quelques mouvements ou figures propices à la détente. Essayez la relaxation musculaire progressive en travaillant sur un groupe musculaire, en commençant par les pieds et en remontant doucement vers la tête. Tendez légèrement vos muscles, comptez jusqu’à cinq et laissez-les se détendre...

Lire la suite
L’insuffisance rénale aiguë
Jan27

L’insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aigüe se résume comme le dysfonctionnement des reins qui se manifeste de manière brutale et toujours réversible. Ces organes voient leurs fonctionnalités réduites. Ils éliminent moins les déchets du sang et n’arrivent plus à le filtrer correctement. Les causes de cette maladie peuvent être multiples. La manifestation Les insuffisances rénales peuvent survenir brutalement juste en l’espace de quelques semaines, quelques jours, voire même quelques heures. Cette maladie se manifeste par la baisse ou l’absence de production d’urines. En pratique, ce liquide organique n’a qu’un volume de 500 à 100 ml en 24 heures. Ces chiffres caractérisent respectivement l’oligurie et l’anurie. Rarement, cette quantité dépasse les 500 ml en 24 heures : il est ici question de diurèse conservée. Les différents types d’insuffisance rénale aiguë L’insuffisance rénale aigüe, à titre de rappel, se traduit en la perte des fonctions des reins. Leurs entités fonctionnelles (néphrons) sont altérées. Le taux sanguin de créatinine s’élève. Cette maladie se décline en trois types, dont les insuffisances rénales fonctionnelles. Cette pathologie sous-entend la baisse de la circulation sanguine rénale. Les maladies organiques des reins (lésions anatomiques et microscopiques) en font également partie tout comme les formes obstructives. Ces dernières peuvent être causées par une entrave dans les voies urinaires, à partir du bassinet jusqu’au canal partant de la vessie jusqu’au méat urinaire. La consultation et le traitement L’insuffisance rénale aiguë se traite en milieu spécialisé et en urgence. Les interventions consistent à la restriction des apports en eau, en sodium et en potassium. L’apport calorique doit être de 30 cal/kg/j. Les protides doivent être à l’ordre de 1g/kg/j. L’hyperkaliémie est à éviter, tout comme l’acidose métabolique. Le patient se voit de passer obligatoirement par une dialyse péritonéale ou hémodialyse. Par ailleurs, le monitoring ou la surveillance automatique est obligatoire....

Lire la suite
Generalia | Arobase | www.11bis.fr